antibiorésistance
Points clés
  • Le recours massif aux antibiotiques provoque une réaction de résistance chez certaines bactéries qui développent leurs propres défenses.
  • Chaque année en France, 150.000 personnes sont infectées par une bactérie résistante. Les bactéries antibiorésistantes causent 150 000 infections et 12 500 décès.
  • L’antibiorésistance n’est pas un problème scientifique ou de spécialiste, c’est un problème de santé publique : tout le monde est concerné.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Alerte à l’antibiorésistance : préserver l’efficacité des médicaments

L’antibiorésistance est reconnue comme un problème majeur en termes de santé humaine et animale au niveau international. Lutter contre l’antibiorésistance, c’est préserver l’efficacité de l’antibiothérapie contre les infections bactériennes. Les résistances bactériennes ont des conséquences sur la santé. Les médicaments ne sont pas des produits comme les autres. Quelques règles à respecter pour préserver leur efficacité et ne pas tomber dans une impasse thérapeutique.

antibiorésistance

Qu’appelle-t-on l’antibiorésistance ?

L’antibiorésistance, c’est la résistance aux antibiotiques : les bactéries sont devenues résistantes à ces médicaments. C’est en quelque sorte le mécanisme de défense des bactéries contre les antibiotiques, qui ont été beaucoup utilisés et de manière répétée pour lutter contre les maladies infectieuses au XXe siècle.

Car les traitements antibiotiques sont prescrits pour soigner les infections bactériennes. Leur efficacité a été prouvée à de nombreuses reprises, en particulier sur de graves maladies infectieuses comme la tuberculose.

Aujourd’hui, cette efficacité est fragilisée par l’usage abusif des antibiotiques. Les bactéries s’accoutument et finissent par résister à une, voire plusieurs molécules, avec des répercussions potentiellement graves sur la santé des populations. L’antibiorésistance pourrait même devenir l’une des premières causes de mortalité dans le monde.

Les conséquences sanitaires de l’antibiorésistance

Le développement de l’antibiorésistance concerne plusieurs types de bactéries, y compris celles impliquées dans les infections de la peau, les infections sexuellement transmissibles, les infections respiratoires, les méningites ou encore l’otite du nourrisson. Avec des antibiotiques moins efficaces, ces maladies sont plus complexes à soigner. Leurs symptômes durent plus longtemps, le risque de complications est amplifié et les consultations chez le médecin sont répétées.

Autre conséquence de l’antibiorésistance : cela complique la lutte contre les infections nosocomiales, contractées lors d’une hospitalisation. 1 patient hospitalisé sur 20 est concerné par ces infections. Les trois principales bactéries sont le staphylococcus aureus, l’escherichio coli et la pseudomonas aeruginosa. Parmi les bactéries souvent incriminées dans les infections nosocomiales, plusieurs présentent des résistances à des antibiotiques. À titre d’exemple, la bactérie Escherichia Coli est de nos jours six fois plus résistante en établissement de santé. L’antibiothérapie est le meilleur moyen de prendre en charge les infections nosocomiales. Or, avec la résistance bactérienne oblige à changer d’antibiotique en cours de traitement, ce qui retarde la guérison.

Ne prendre des antibiotiques que sur avis médical

La première chose à retenir : ne jamais prendre d’antibiotiques sans avoir consulté un médecin. Et avec une ordonnance, respecter à la lettre la posologie et la durée du traitement : il doit être pris jusqu’à la fin, pas un jour de plus ni de moins !

Il est également déconseillé de prendre les médicaments d’une autre personne, ou de réutiliser des antibiotiques même si les symptômes semblent similaires. Les professionnels de santé sont les seuls habilités à déterminer des traitements adaptés à chaque patient et à chaque infection.

La lutte contre l’antibiorésistance concerne les patients, mais aussi tous les acteurs de la santé. Du côté des médecins, les recommandations officielles invitent à des prescriptions justifiées et limitées au strict nécessaire. L’Inserm a également expérimenté la distribution d’antibiotiques à l’unité pour aider à l’observance des traitements.

Bon à savoir

Bon usage des médicaments

Bien prendre des médicaments ne se limite pas qu’aux antibiotiques et à la lutte contre l’antibiorésistance. Mal utilisé, un traitement peut devenir dangereux et provoquer des effets secondaires au lieu de soigner des symptômes. Les règles de bon usage des médicaments sont simples : elles s’appliquent à tous, et concernent autant l’automédication que les prescriptions médicales. Pour en savoir plus : le guide du bon usage du médicament.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

2 commentaires pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*