Covid-19
Points clés
  • En ALD pendant le confinement : n'interrompez pas votre traitement et vos soins habituels
  • Contactez votre médecin pour une consultation . Si vous ne pouvez pas vous déplacer, celui-ci peut vous proposer une téléconsultation.
  • Les soins en lien avec une affection de longue durée (ALD) sont pris en charge à 100%

Ne pas renoncer au suivi médical pendant le confinement

Pendant le contexte de l’épidémie du Covid-19, les Français ne consultent pratiquement plus leurs médecins pour les autres motifs de recours aux soins. Un constat inquiétant avec en conséquence un risque important de retard de diagnostic et de complications évitables ; notamment pour les patients atteints d’une affection de longue durée (ALD) ou de maladies chroniques nécessitant un suivi régulier.

La crainte de contamination au Coronavirus ne doit pas empêcher le recours aux soins. C’est pourquoi, pendant leur confinement, les personnes ayant une pathologie nécessitant un suivi médical ou un traitement spécifique doivent maintenir les consultations avec un professionnel de santé.

Contacter le médecin pour le suivi médical

Durant la période liée à l’épidémie de Covid-19, il est indispensable de rester très attentif à sa santé en lien avec son médecin, les autres soignants et son entourage.

Si vous êtes en en affection de longue durée (ALD) et / ou atteints de maladies chroniques, vous devez continuer à faire appel à vos professionnels de santé habituels (médecin généraliste ou spécialiste, infirmier…). Ces derniers peuvent vous proposer une téléconsultation, ou, par défaut, une consultation en présentiel si nécessaire. 

Si vous devez vous déplacer (cabinet médical, laboratoire d’analyse, cabinet de radiologie, hôpital…), il est indispensable de prendre rendez-vous avant toute consultation. Cela permet aux professionnels de santé concernés de s’organiser pour pouvoir vous accueillir dans les meilleures conditions, avec une organisation des soins adaptée au contexte épidémiologique.

Pour les personnes fragiles et âgées ou qui n’ont tout simplement pas accès aux technologies numériques, des consultations par téléphone sont possibles sans avoir nécessairement recours à un moyen de vidéo-transmission.

Pas d’interruption du traitement et des soins habituels

Pendant le confinement, il est important de  rester attentif à sa santé et de continuer à prendre les traitements habituels pour sa maladie. De la même façon, il ne faut pas modifier ou arrêter votre traitement (notamment les traitements pour la douleur) ni vos soins sans l’avis de votre médecin. Surtout si vous souffrez d’une maladie chronique. 

Une mesure en lien avec les pharmacies permet la poursuite du traitement afin d’éviter toute interruption préjudiciable pour la santé.

En raison du contexte sanitaire actuel, et si vous devez bénéficier d’un traitement chronique alors que votre ordonnance est périmée, votre pharmacien peut exceptionnellement vous délivrer vos médicaments en informant simplement le médecin si vous avez besoin de renouveler votre traitement.  Celui-ci vous est alors délivré en pharmacie d’officine dans la limite d’une période d’un mois avant de pouvoir être renouvelé. Les médicaments dispensés en lien au traitement sont remboursés par l’Assurance Maladie dans les conditions habituelles.

En cas de symptômes ou de signes inhabituels, il est recommandé de se rapprocher de son médecin pour obtenir un avis médical avant de poursuivre son traitement.

Respecter le confinement en restant attentif à sa santé

Pour limiter la propagation du Covid-19 et se protéger, les personnes dont l’état de santé est jugé fragile doivent sortir le moins possible. Pour cela, quelques bons réflexes sont à adopter afin de vivre au mieux la durée de confinement.

  • Limiter les contacts physiques
  • Maintenir les liens avec ses proches (téléphone, courriel, sms, vidéo… ).
  • Dans la mesure du possible, éviter de faire soi-mêmes ses achats, même de première nécessité. Les proches, voisins ou commerçants habituels peuvent aider en respectant les gestes barrières.
  • Rester, autant que possible, physiquement actif chez-soi en gardant une activité physique 
  • Dormir suffisamment
  • Adopter une bonne alimentation. Manger équilibré, éviter le grignotage
  • Limiter les boissons alcoolisées ou le tabac.

La prise en charge des ALD

L’ALD correspond à une affection de longue durée qui, si elle nécessite des soins continus (et / ou un arrêt de travail) de plus de six mois, implique des dispositions médico-administratives particulières. Ces dispositions concernent le patient, son médecin traitant et la caisse d’Assurance Maladie.

On distingue deux types d’ALD : l’ALD simple, dite «exonérante» et l’ALD «non exonérante». Elles n’ouvrent pas les mêmes droits, c’est pourquoi il convient de les distinguer.

Les ALD «exonérantes» :

Elles correspondent  à une affection pour laquelle le malade voit tous les soins qui s’y rapportent avec une prise en charge à 100 % sur la base du tarif de la Sécurité sociale. Ces ALD comportent généralement un traitement prolongé et une thérapeutique particulièrement coûteuse. La participation financière du patient aux soins et prestations, dénommée « ticket modérateur », est supprimée.

La liste des ALD exonérantes inscrites sur la liste du ministère de la Santé :

  • accident vasculaire cérébral invalidant ;
  • insuffisances médullaires et autres cytopénies chroniques ;
  • artériopathies chroniques avec manifestations ischémiques ;
  • bilharziose compliquée ;
  • insuffisance cardiaque grave, troubles du rythme graves, cardiopathies valvulaires graves, cardiopathies congénitales graves ;
  • maladies chroniques actives du foie et cirrhoses ;
  • déficit immunitaire primitif grave nécessitant un traitement prolongé, infection par le virus de l’immuno-déficience humaine (VIH) ;
  • diabète de type 1 et diabète de type 2 ;
  • formes graves des affections neurologiques et musculaires (dont myopathie), épilepsie grave ;
  • hémoglobinopathies, hémolyses, chroniques constitutionnelles et acquises sévères ;
  • hémophilies et affections constitutionnelles de l’hémostase graves ;
  • maladie coronaire ;
  • insuffisance respiratoire chronique grave ;
  • maladie d’Alzheimer et autres démences ;
  • maladie de Parkinson ;
  • maladies métaboliques héréditaires nécessitant un traitement prolongé spécialisé ;
  • mucoviscidose ;
  • néphropathie chronique grave et syndrome néphrotique primitif ;
  • paraplégie ;
  • vascularites, lupus érythémateux systémique, sclérodermie systémique ;
  • polyarthrite rhumatoïde évolutive ;
  • affections psychiatriques de longue durée ;
  • rectocolite hémorragique et maladie de Crohn évolutives ;
  • sclérose en plaques ;
  • scoliose idiopathique structurale évolutive ;
  • spondylarthrite grave ;
  • suites de transplantation d’organe ;
  • tuberculose active, lèpre ;
  • tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique;

Ces affections de longue durée (ALD) exonérantes sont inscrites sur la liste des 30 maladies établie à l’article D. 322-1 du Code de la Sécurité sociale.

Les ALD « non exonérantes » : 

Il s’agit des affections qui nécessitent une interruption de travail ou des soins continus d’une durée prévisible, égale ou supérieure à 6 mois. Elles n’ouvrent pas droit à l’exonération du ticket modérateur et les soins dispensés dans le cadre de cette pathologie sont remboursés aux taux habituels.Toutefois, l’Assurance Maladie prend en charge, à 65 % du tarif de la sécurité sociale, les frais de déplacement en rapport avec l’ALD, les frais de transport et les frais de séjour liés aux cures thermales.

Les affections de longue durée (ALD) non exonérantes sont définies par l’article L. 324-1 du Code de la Sécurité sociale. Il n’existe pas de liste type pour pouvoir recenser ce type d’affection puisque sa qualification est laissée à l’appréciation du corps médical.

Bon à savoir

Ouvrir son compte ameli 

Il est facile et rapide de créer son compte personnel sur ameli, dès lors que sa carte Vitale est bien à jour et avec ses coordonnées bancaires sous la main.

Par ailleurs, il est possible de le faire via France Connect, notamment avec ses identifiants des impôts.