magazine de l’assurance maladie de paris

Prévention

Quels sont les risques du tabagisme occasionnel ?

Mis à jour le 28/04/2022 | 6 min de lecture

Fumer est dangereux pour la santé… et même pour les fumeurs occasionnels. Les « petits fumeurs » sont aussi concernés par les cancers et les maladies cardio-vasculaires.

En France, le tabac est responsable de près d’un décès sur huit. Même les « petits fumeurs » ou les personnes qui fument occasionnellement sont exposés aux maladies causées par le tabagisme, et aux effets secondaires sur la qualité de vie. 

tabagisme

Les effets du tabagisme sur la santé et sur la qualité de vie

Le tabagisme
actif – c’est-à-dire le fait de fumer, priser ou consommer du tabac – a un
impact direct sur la santé. Il est responsable de plus de 8 cancers du poumon sur 10. C’est une cause majeure des cancers de
la gorge, de la bouche, des lèvres, du larynx ou de l’œsophage. Le tabac est aussi un facteur de risque
cardiovasculaire
. Il est associé aux accidents vasculaires cérébraux, à
l’hypertension artérielle ou aux infarctus du myocarde : le tabagisme est « la première cause de
mortalité évitable »
en France.

D’autres
pathologies peuvent être provoquées ou aggravées par le tabagisme. Quelle que
soit la forme choisie (cigarette, cigare, pipe ou encore chicha),
la consommation de tabac a un impact sur la qualité de vie. Le fumeur
a des capacités respiratoires et cardiaques amoindries. Il souffre plus
régulièrement d’asthme, de bronchite ou de pneumonie. Les effets sur la peau ou même
sur les dents
sont tout
aussi significatifs.

Fumer peu, est-ce moins dangereux ?

tabagisme chicha

Les effets
négatifs du tabagisme sont tout aussi
importants pour un fumeur occasionnel
. « Il n’existe pas de seuil
en-dessous duquel fumer soit sans risque », rappelle Tabac Info Service
Même un « petit fumeur » peut souffrir d’un impact sur sa
santé. C’est le cas par exemple pour les adeptes du tabagisme social, c’est-à-dire ceux qui fument une cigarette, un
cigare ou la chicha lors d’événements, de sorties… 

Parmi les
idées reçues sur le tabagisme, Tabac Info Service évoque ainsi le cas d’un fumeur
qui consomme quatre cigarettes par jour : « 1 à 4 cigarettes par
jour, c’est 3 fois plus de risques de
mourir d’un infarctus
 ».

Comment arrêter de fumer ?

stop tabac

On parle
souvent de l’arrêt du tabac en novembre, en raison de l’opération #MoisSansTabac désormais renouvelée tous les
ans. Mais c’est loin d’être le seul levier pour aider les fumeurs à s’arrêter.  La campagne #MoisSansTabac fait partie d’un
programme national de réduction du tabagisme. Elle s’accompagne par exemple de
plusieurs actions comme une meilleure prise en charge du sevrage
tabagique
.

Les
personnes qui souhaitent arrêter de fumer peuvent aussi s’inscrire sur la plateforme Tabac Info Service pour bénéficier de conseils et
de soutien.

L’accompagnement
par un professionnel de santé est tout aussi essentiel : il peut s’agir du
médecin traitant, d’un tabacologue ou d’un infirmier.

La prise en charge des substituts nicotiniques par L’Assurance Maladie

Le traitement de substitution nicotinique vise à diminuer l’envie de fumer et à réduire les symptômes de manque dus au sevrage tabagique. L’Assurance Maladie accompagne les assurés qui souhaitent arrêter de fumer en prenant en charge les traitements nicotiniques de substitution inscrits sur la liste établie.  Ces substituts nicotiniques font l’objet d’une prise en charge à hauteur de 65 %, sur prescription.

Le saviez-vous ?

Qu’est-ce que le Mois sans Tabac ?

Mois sans tabac, stop tabac
Le Moi(s) sans Tabac ou #MoisSansTabac est une campagne renouvelée tous les ans, en novembre, pour encourager les fumeurs à s’arrêter. Organisée sous forme de défi collectif, elle permet aux personnes qui le souhaitent de bénéficier de conseils pour conserver leur motivation intacte. Après inscription, chaque participant accède à un espace personnel qui regroupe tous les outils nécessaires. Ils restent accessibles toute l’année sur le site Tabac Info Service.