santé environnementale
Points clés
  • L’enjeu d’une politique de santé environnementale consiste à comprendre comment les différents facteurs de risque vont pouvoir s’influencer.
  • L’état des connaissances scientifiques permet d’établir un lien entre les maladies chroniques, leur apparition et leur croissance selon les facteurs de risques, tout au long de la vie, selon les périodes de la vie.
  • La santé humaine est fortement liée à la santé environnementale. Son développement permet de faire face à la crise sanitaire.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Pollution & santé environnementale : décryptage avec André Cicolella

Cosmétiques, aliments, jouets… les produits potentiellement toxiques sont de plus en plus présents dans notre environnement. Les conséquences sur la santé sont graves. Des pistes pour appréhender les enjeux de la santé environnementale avec le professeur toxicologue André Cicolella, président de l’association Réseau Environnement Santé (RES).

On parle beaucoup des perturbateurs endocriniens…

Parce qu’ils sont présents en nombre de par l’utilisation accrue de nouveaux produits ou matériaux. De fait, ils s’introduisent partout dans l’environnement des consommateurs du monde moderne (aliments, pesticides, emballages, cosmétiques…). En interférant avec le système hormonal des hommes et des femmes, l’effet de ces interactions a de lourdes conséquences sur la santé. Même à petites dose, cette exposition aux perturbateurs endocriniens augmente le risque de contracter des maladies chroniques comme le diabète, l’obésité, les maladies cardio-vasculaires, les cancers du sein ou de la prostate, les troubles du comportement et de la reproduction.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié cette croissance des maladies chroniques de « défi mondial d’ampleur épidémique ».

Comment identifier les perturbateurs endocriniens ?

Il y a aujourd’hui environ un millier de perturbateurs endocriniens identifiés comme présents dans de nombreux produits tels que les matières plastiques ou les cosmétiques. Face à la dangerosité de ces produits et substances qui peuplent notre quotidien, il faut porter une vigilance sur “l’effet cocktail” des perturbateurs endocriniens.

Il faut les éliminer au maximum à la source car on ne peut pas les gérer par  la dose.

Certains perturbateurs ont été depuis interdits pour certains usages (tels que le bisphénol A dans les biberons). Mais d’autres sont toujours utilisés dans la composition de produits, tels que les perfluorés présents dans les cartons et revêtements anti-adhésifs.

Quels liens entre pollution et risques sanitaires ?

santé environnementale, OMSLes cancers hormono-dépendants, tels que le cancer du sein et celui de la prostate, sont devenus les premiers cancers au monde dans une très grande majorité des pays. Or cela n’était pas le cas il y a encore quelques décennies. On constate aussi un rajeunissement des cancers qui ne sont pas seulement l’effet du grand âge.

Pour ce qui concerne le cancer du sein, j’explique dans mon livre qu’on ne peut pas appréhender cette épidémie si on ne comprend pas les problèmes liés pollution, mais également aux choix de vie personnels (avoir des enfants ou pas, à un jeune âge ou pas, par exemple), à l’alimentation, à la sédentarité, aux conditions de travail… Autant de données qui s’entrecroisent et pour lesquelles nous avons aujourd’hui encore un peu de mal à démêler le fil.

La démonstration de l’importance déterminante de l’environnement dans ce cancer est la répartition géographique dans le monde. Les Françaises ont 2 fois plus de cancer  du sein que les Japonaises, mais les Parisiennes ont un taux parmi les plus élevés au monde. Les études sur les migrants montrent que le fait de passer du Japon aux États-Unis multiplie le taux de cancer du sein par 4. Au-delà du dépistage, il faut agir sur l’environnement pour faire reculer cette maladie. C’est d’autant plus urgent que l’on sait qu’une grande partie de ces cancers provient d’une exposition pendant la période sensible de la grossesse dont les effets se révéleront à l’âge adulte. À l’occasion d’Octobre rose ces questions sont notamment posées.

Quels conseils pour favoriser la santé environnementale ?

Il faut une politique de santé qui fasse plus de place à la santé environnementale. C’est l’enjeu de la Stratégie nationale perturbateurs endocriniens et plus largement du Plan national santé environnement. Le citoyen doit pouvoir aussi être acteur de sa santé en étant mieux informé pour pouvoir adopter un mode de vie le plus sain possible pour lui et ses enfants.

Cela passe par exemple par une vigilance de nos conditions de vie et de travail, par un évitement de la sédentarité au profit d’une activité physique, au moins 30 minutes par jour.

Choisir une alimentation qui ne soit pas ultra-transformée, cette nourriture basée sur le gras, le salé, le sucré et les additifs. Concernant la consommation de viandes rouges, par exemple, la recommandation est de 500g par semaine. Ce facteur et  la consommation de fibres  ont une incidence sur le développement du cancer colorectal.

Il est donc important d’informer les citoyens pour qu’ils soient conscients de ces risques afin de gérer au mieux leur environnement au quotidien.

Bon à savoir

L’agenda de l’association Réseau Environnement Santé

Pour participer au colloque Villes et Territoires sans perturbateurs endocriniens”, inscription en ligne. rendez-vous le 10 octobre, de 13 h à 18 h, IIe arr. de Paris – 17 rue Léopold-Bellan (salle Jean Dame). environnement, territoire, santé
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*