suicide, crises suicidaires, prévention
Points clés
  • Chaque année en France, 10 500 personnes se donnent la mort : le suicide cause trois fois plus de décès que les accidents de la circulation.
  • La prévention est un enjeu majeur de santé publique.
  • Selon la gravité de la situation, en cas de crise suicidaire, il faut contacter les services d’écoute (SOS Amitié, Suicide Écoute, SOS Suicide Phénix, Fil Santé jeunes), le SAMU (15), le 112 (numéro européen des urgences) ou SOS Psy urgences.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Crises suicidaires : des solutions pour les prévenir

IASP_UNPS_Journée mondiale prévention suicide, prévention, suicide, crises suicidaires

Le 10 septembre 2016, c’est la 14e Journée mondiale de prévention du suicide. En France, plus de 10 500 personnes se donnent la mort chaque année. Il s’agit d’un problème majeur de santé publique. La prévention du suicide fait l’objet d’actions spécifiques depuis près de 20 ans.

Un Observatoire national du suicide pour mieux agir

Le nombre de décès par suicide est trois fois plus élevé que le nombre de morts provoquées par un accident de circulation. 200 000 personnes tentent de se donner la mort chaque année, mais toutes les tentatives et crises suicidaires ne sont pas signalées et prises en charge et selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) ces chiffres sont sous-évalués.

L’Observatoire national du suicide (ONS) a été créé par 2013 pour mieux comprendre les conduites et crises suicidaires. L’ONS réunit des chercheurs et des professionnels de santé, des représentants d’associations, des représentants de différentes institutions (les ministères, l’Assurance Maladie…). L’objectif est de « connaître pour prévenir », grâce à des bilans chiffrés, des états des lieux des actions nationales et locales et des recommandations.

Le dernier bilan de l’Observatoire national du suicide (fichier PDF – 15,9 Mo), en février 2016, dressait d’ailleurs un état très complet avec une dimension nationale et une réflexion sur le rôle des associations.

En Île-de-France, par exemple, 903 suicides ont été comptabilisés en 2012. Deux victimes sur trois étaient des hommes et la majorité avait entre 50 et 54 ans.

Prévention des crises suicidaires :des actions au niveau national et au niveau local

Les crises et les conduites suicidaires sont un risque évitable. C’est là où les actions de prévention et d’accompagnement menées au niveau local et au niveau national prennent toute leur importance.

Au niveau national, plusieurs plans d’action ont été mis en place. Notamment le programme 2011-2014 qui visait à développer et faire connaître les dispositifs d’intervention à distance, à prévenir l’isolement social et la détresse psychique. Mais également à soutenir les personnes et les proches endeuillées par le suicide. Une meilleure prise en charge des personnes en risque suicidaire a également été proposée. Autre axe de prévention, le Plan santé mentale, pour mieux reconnaître les troubles psychiques et y répondre.

Le relais passe également par les associations locales, ou par l’Assurance Maladie. À Paris, la Cpam a déjà mis en place des actions de prévention et d’accompagnement en direction des jeunes. D’autres conventions pourraient suivre.

Bon à savoir

Que faire face à une crise suicidaire ?

L’attitude à adopter dépend de la situation. En cas d’urgence, le premier réflexe est de contacter des services qui pourront intervenir le plus rapidement possible : le SAMU (15) ou le 112 (numéro européen des urgences). La crise suicidaire peut aussi se traduire par une pulsion de suicide partagée avec un proche, ou par une attitude qui laisse craindre des idées suicidaires. Dans ce cas, ce sont les professionnels de santé qui prennent le relais : le médecin traitant, un spécialiste en psychiatrie ou un psychologue, ou encore le centre médico-psychologique (CMP) le plus proche. Les services d’écoute sont très sollicités. C’est le cas de SOS Amitié, Suicide Écoute, SOS Suicide Phénix qui disposent d’une ligne dédiée pour l’Île-de-France, ou encore Fil Santé jeunes et SOS Psy urgence.
  • SOS Amitié Paris-Île-de-France : 01 42 96 26 26 (7j/7, 24h/24 - prix d'un appel local)
  • Suicide Écoute : 01 45 39 40 00 (7j/7, 24h/24 - prix d'un appel local)
  • SOS Suicide Phénix : 01 40 44 46 45 (prix d'un appel local)
  • Fil santé jeunes : 0800235236_suicide (tous les jours de 9h à 23h)
  • SOS Psy urgence : 0892233168 (7j/7, 24h/24)
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*