magazine de l’assurance maladie de paris

Santé mentale

Stress au travail : tout savoir sur le burn-out

Mis à jour le 15/06/2022 | 7 min de lecture

Le « burn-out » caractérise un état de stress prolongé au travail. Quels en sont les premiers signes et comment limiter les conséquences.

L’essentiel

  • Le burn-out peut toucher n’importe qui, sans distinction de branche d’activité
  • Le burn-out et la dépression sont deux affections distinctes
  • La prise en charge d’un burn-out est effectuée par plusieurs professionnels

Définition du burn-out

Le burn-out (ou burnout) est un état d’épuisement physique, émotionnel et mental. Il est lié à la dégradation du rapport qu’un salarié peut avoir à son travail, causant un stress professionnel chronique. Ce stress se caractérise par 3 dimensions :

  • Un épuisement émotionnel ;
  • Une dépersonnalisation ou du cynisme, avec une insensibilité à l’environnement de travail et une déshumanisation des autres ;
  • Un sentiment de non-accomplissement et de dépréciation.

Le burn-out : qui est concerné ?

Initialement, les professionnels de santé, les professeurs et les agriculteurs étaient particulièrement touchés par le burn-out. Aujourd’hui, il peut concerner chaque corps de métier, autant les femmes que les hommes et se situe en 2e position dans les affections d’origine professionnelle.

Ce que le burn-out n’est pas

Quelles sont les différences entre burn-out et une dépression ?

  • Le burn-out survient dans la sphère professionnelle alors que la dépression concerne tous les aspects de la vie de la personne.
  • Le burn-out est un processus de dégradation lié au rapport au travail. La dépression entraîne un état dépressif caractéristique : troubles de l’humeur, baisse de l’estime de soi et perte d’intérêt pour les activités habituellement agréables.
  • En matière de traitement et de prévention, la dépression se concentre sur le patient alors que le burn-out peut faire intervenir toutes les personnes qui sont dans la sphère professionnelle du malade.

Symptômes du burn-out

En tant que syndrome, le burn-out réunit plusieurs types de symptômes.

Symptômes émotionnels

  • anxiété ;
  • tristesse ou manque d’entrain ;
  • irritabilité, hypersensibilité ;
  • absence d’émotion ;
  • pensées suicidaires, dans les cas les plus graves.

Symptômes cognitifs

  • troubles de la mémoire ;
  • troubles de l’attention ;
  • difficultés de concentration ;
  • troubles des fonctions exécutives : penser, s’organiser, apprendre, etc.

Symptômes comportementaux ou interpersonnels

  • repli sur soi, isolement social ;
  • comportement agressif, parfois violent, diminution de l’empathie ;
  • ressentiment et hostilité à l’égard des collaborateurs ;
  • troubles du comportement alimentaire, toxicomanies.

Symptômes physiques

  • tensions musculaires diffuses, crampes ;
  • asthénie (fatigue) ;
  • troubles du sommeil et musculo-squelettiques ;
  • céphalées (maux de tête) ;
  • vertiges ;
  • troubles gastro-intestinaux, maux de ventre,
  • infections fréquentes ;
  • troubles cutanés.

burn-out
Causes et facteurs de risque de burn-out

Les facteurs de risque liés au travail

L’épuisement professionnel est intimement lié aux conditions de travail de la personne qui en souffre. Aussi, de nombreuses causes y sont associées :

  • Surcharge de travail, pression temporelle ;
  • Faible contrôle sur son travail ;
  • Manque de reconnaissance ;
  • Sentiment de manque d’équité ;
  • Conflits de valeur, demandes contradictoires ;
  • Manque de clarté dans les objectifs, les moyens ;
  • Insécurité de l’emploi.

Les facteurs personnels pouvant aggraver le burn-out

  • de lourdes responsabilités familiales ;
  • des conflits personnels ;
  • la solitude affective ;
  • des antécédents personnels et familiaux ;
  • une difficulté à poser ses limites dans un contexte de surcharge de travail ;
  • des attentes élevées envers soi-même ;
  • faire de son travail le centre de sa vie ;
  • ne pas savoir déléguer ou travailler en équipe ;
  • manquer d’estime de soi.

consultation psy
Comment s’organise la prise en charge du burn-out ?

Le burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel est différent de la dépression car il se manifeste dans le cadre du travail. Il nécessite tout de même une prise en charge spécifique.

La prise en charge du syndrome de burn-out relève de plusieurs professionnels de santé.

Médecin du travail et service de santé au travail

Lorsque le médecin du travail détecte un problème, il peut orienter le patient vers un confrère externe. Son rôle est préventif : il ne rédige aucune prescription médicale dans le cadre de l’entreprise. Il peut cependant adresser un courrier d’alerte à l’employeur en expliquant la situation.

Médecin traitant

Lorsqu’un burn-out est soupçonné, la consultation chez le médecin généraliste est primordiale. C’est lui qui possède une vision plus globale de la personne grâce à son suivi sur le long terme. Il peut prescrire l’arrêt de travail et orienter le patient vers un spécialiste (psychiatre).

Le psychiatre confirme ou infirme le diagnostic, et prescrit éventuellement un traitement médicamenteux ou une prise en charge psychothérapeutique.

Psychologue et thérapeute

En lien avec les médecins, il assure un rôle d’écoute, d’accompagnement et d’aide à la reconstruction.

Prévention du burn-out

Mettre en place des mesures de prévention collective

Leur objectif ? Diminuer les exigences professionnelles qui pèsent sur les salariés et augmenter les ressources à leur disposition, comme par exemple :

  • Veiller à ne pas surcharger certains postes ou certains salariés ;
  • Favoriser le soutien social et éviter l’isolement ;
  • Évaluer les contraintes de temps ;
  • Réfléchir aux moyens de discuter des critères de qualité du travail ;
  • Informer et former les travailleurs sur le burn-out.

Mesures préventives de base pour le salarié

Divers moyens existent pour réduire le risque d’épuisement professionnel :

  • discuter avec ses proches des difficultés vécues au travail ;
  • être à l’écoute des symptômes physiques et psychologiques liés au stress ;
  • discuter avec ses collègues et son supérieur de l’organisation du travail ;
  • apprendre à dire non de temps en temps ;
  • apprendre à déléguer ;
  • se réserver du temps pour soi, sa famille, ses loisirs, etc.

Le saviez-vous ?

Préparer la reprise d’activité en cas de longue absence

Le retour du collaborateur se prépare dans l’entreprise  en s’assurant notamment d’un accueil favorable et d’une prise en compte d’éventuelles nécessités médicales, ou en mettant en place une organisation plus adaptée. Ces étapes sont nécessaires afin de pouvoir «adapter le travail à la personne et non pas la personne au travail » , comme le rappelle le Code du travail,