magazine de l’assurance maladie de paris

Maladie

Mieux comprendre l’endométriose et sa prise en charge

Mis à jour le 28/06/2022 | 6 min de lecture

Maladie complexe et méconnue, l’endométriose est une affection gynécologique chronique qui peut potentiellement toucher toutes les femmes réglées. Très douloureuse, cette affection peut conduire à l’infertilité, d’où l’importance de son diagnostic le plus précoce et de sa prise en charge.

L’essentiel

  • L'endométriose est une affection gynécologique souvent diagnostiquée tardivement
  • Les symptômes de l’endométriose peuvent être multiples
  • Cette maladie touche près de 10 % des femmes en âge de procréer et peut conduire à l'infertilité

 

L’endométriose  : un enjeu de santé publique

Considérée comme maladie douloureuse et handicapante, l’endométriose est souvent méconnue. Le risque d’avoir une endométriose est augmenté chez les femmes qui n’ont pas eu d’enfant ou celles qui ont des cycles menstruels courts et des règles abondantes.

Souvent diagnostiquée tardivement, elle touche aujourd’hui près de 10 à 15% des femmes en âge de procréer. Parfois  indolore, elle peut avoir un retentissement sur la fécondité  et ainsi conduire  à l’infertilité. 

Complexe à cause de ses symptômes multiples, cette maladie est également difficile à traiter pour les praticiens qui doivent prendre en charge les patientes.

Il s’agit là d’un véritable enjeu de santé publique pour en  améliorer le diagnostic et la prise en charge et ainsi faire en sorte que la qualité de vie des femmes atteintes de cette pathologie en soit améliorée

endométriose
Les symptômes de l’endométriose : douleur et infertilité

 

L’endométriose est une affection gynécologique caractérisée par la présence anormale, en dehors de la cavité de l’utérus, de tissus identiques à celui de l’endomètre (muqueuse tapissant l’intérieur de la cavité utérine).

Cette maladie douloureuse et handicapante est souvent diagnostiquée tardivement car il peut s’écouler 8 à 10 ans entre les premiers symptômes et la confirmation du diagnostic de l’endométriose.

Les symptômes de l’endométriose peuvent être multiples et liés à la localisation de la maladie, de façon chronique ou périodique. Les symptômes les plus courants de l’endométriose sont :

  • de la douleur  et notamment pendant les rapports sexuels (dyspareunie);
  • des règles douloureuses (dysménorrhée) et saignements;
  • des troubles digestifs et des défections douloureuses;
  • des troubles urinaires (dysurie);
  • des douleurs pelviennes pouvant irradier jusque dans la jambe (cruralgie).

Lorsque les symptômes sont présents, des douleurs se manifestent principalement dans la région pelvienne, située dans la partie inférieure du ventre, mais aussi dans l’abdomen et la région lombaire.

L’endométriose peut être découverte lors d’un bilan d’infertilité dont elle est une cause fréquente. Pour affiner son diagnostic, le médecin peut adresser sa patiente à un spécialiste en gynécologie ou gynécologie-obstétrique, ou bien encore lui prescrire certains examens complémentaires.

Les actes diagnostiques sont pris en charge par l’Assurance Maladie et peuvent s’effectuer de deux façons :

  1. Les actes diagnostiques d’imagerie : échographie ou imagerie par résonance (échographie pelvienne; IRM; écho-endoscopie rectale).
  2. Les actes diagnostiques thérapeutiques, qu’ils soient médicamenteux ou chirurgicaux (la cystectomie partielle ou l’hystérectomie).

Des traitements efficaces pour une bonne prise en charge

 

Pour diminuer la douleur et les lésions liées à l’endométriose, différents médicaments peuvent être prescrits afin d’atténuer la douleur ou favoriser la régression des lésions. 

Grâce à une prise en charge rapide et l’utilisation sûre de traitements médicaux efficaces, les symptômes s’atténuent et les lésions régressent, entraînant la diminution de la maladie jusqu’à l’âge de la ménopause ou jusqu’à ce qu’une grossesse s’avère souhaitable. Un soutien psychologique est parfois nécessaire pour améliorer les résultats du traitement.

Les traitements médicamenteux de l’endométriose ont fait l’objet d’une recommandation de bonne pratique par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, qui a jugé bon d’insister sur des critères tels que :

  • l’âge;
  • le syndrome douloureux;
  • l’infertilité. 

Cette bonne pratique a pour objet une meilleure stratégie thérapeutique, évaluée au cas par cas, pour chaque patiente. Fixé en concertation avec la personne concernée, le traitement doit également tenir compte des contre-indications des médicaments, de leurs effets indésirables possibles et de l’état de santé de la personne.

Une intervention chirurgicale est aussi proposée pour ôter les lésions dans certains cas.  La chirurgie de l’endométriose étant complexe, celle-ci doit donc être menée par des chirurgiens experts de l’endométriose, surtout si des lésions sont implantées sur des organes fonctionnels (vessie, côlon, rectum).

Important : avant opération une consultation est obligatoire auprès d’un médecin anesthésiste.

Le saviez-vous ?

Les règles douloureuses à l’adolescence

La présence de douleurs lors des règles à l’adolescence peut être le premier symptôme d’une endométriose. C’est pourquoi il est important d’en parler à son médecin, son gynécologue  ou effectuer un bilan de suivi médical pour l’adolecencent entre 15 et 16 ans.