alcool grossesse
Points clés
  • Une femme enceinte sur dix déclare avoir consommé occasionnellement de l’alcool pendant sa grossesse
  • En France entre 2006 et 2013, 3 207 nouveau-nés ont présenté une conséquence liée à l’alcoolisation fœtale dont pour 452 d’entre eux un syndrome d’alcoolisation fœtal
  • Dans près de 50 % des cas, on observe des handicaps comportementaux ou cognitif chez un enfant présentant un syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF)

Grossesse : les risques liés à la consommation d’alcool

La Journée mondiale de sensibilisation au syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) est l’occasion de mettre en avant les risques liés à la consommation d’alcool durant la grossesse. Pour informer le grand public sur ces dangers, un message s’appuie sur un principe de précaution : “zéro alcool pendant la grossesse”.

alcool grossesse

La consommation d’alcool chez la femme enceinte

Selon les données du Baromètre santé 2017, la consommation d’alcool pendant la grossesse, n’est pas rare en France. Malgré une prise de conscience encourageante autours des dangers liés à l’alcool sur la santé, beaucoup de personnes minimisent encore l’impact d’une consommation faible ou ponctuelle sur la santé des enfants à naître. On constate, en effet, que plus d’un tiers des personnes interrogées croit que boire un verre de bière ou de vin soit moins nocif que boire un verre d’alcool fort.

La consommation occasionnelle de  boissons alcoolisées pendant la grossesse concerne environ une femme enceinte sur dix. Certaines futures mamans avouent avoir consommé au moins une fois plus de 3 verres en une occasion pendant leur grossesse.

Consulter le Baromètre santé 2017 : consommation d’alcool et de tabac durant la grossesse

Si la grande majorité des femmes sondées déclarent avoir été informées des risques de la consommation d’alcool par les professionnels de santé suivant leur grossesse (médecin généraliste, gynécologue, sage-femme ou échographiste), une partie de la population demeure peu informé de la dangerosité de l’alcool lié à la grossesse.

À l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation au Syndrome d’Alcoolisation Fœtale qui se tient le 9 septembre, Santé publique France, en lien avec le Ministère des solidarités et de la santé,  lance la campagne «Zéro Alcool pendant la grossesse». Cette campagne a pour objectif de rappeler que toute consommation d’alcool pendant la grossesse est susceptible de présenter un risque pour le futur nouveau-né.

Zéro alcool pendant la grossesse

Il est conseillé de ne pas consommer d’alcool tout au long de la durée de la grossesse et de l’allaitement.

Quelle que soit la dose bue, l’alcool ingéré durant la grossesse passe dans le sang du bébé par l’intermédiaire du placenta. De plus, l’alcool passant également dans le lait maternel, il faut compter environ trois heures pour l’éliminer avant de pouvoir redonner le sein.

L’absorption d’alcool est néfaste pendant toute la grossesse et il n’a jamais été mis en évidence de seuil en deçà duquel les risques sont nuls, d’où la recommandation « Zéro Alcool pendant la grossesse » si l’on est enceinte ou que l’on a un projet de grossesse.

alcool grossesse

Le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF)

Boire de l’alcool pendant la grossesse est en effet toxique pour le fœtus et peut entraîner diverses complications chez le nouveau-né dont le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) est la forme la plus grave. Le SAF est la première cause de handicap mental non génétique et d’inadaptation sociale de l’enfant. Ce syndrome se caractérise par :

  • une malformation du crâne et du visage;
  • un retard de croissance;
  • des handicaps comportementaux et/ou cognitifs (retard mental, problèmes d’apprentissage, de mémoire, d’attention)

Plus d’informations disponibles sur le site de l’association SAF France.

Si vous avez consommé de l’alcool depuis le début de votre grossesse, sachez que l’arrêt est bénéfique à tout moment.

Des aides pour arrêter de boire

Suivre la recommandation « Zéro Alcool pendant la grossesse » à la lettre n’est pas toujours facile.

En effet, l’arrêt de l’alcool nécessite un soutien prolongé sur les plans médical et psychique, voire social. C’est pourquoi les femmes enceintes en difficulté avec l’alcool peuvent trouver de l’aide auprès de structures spécialisées en alcoologie et en addictologie. Au sein de ces structures, elles peuvent y trouver un soutien et un accompagnement par des professionnels de santé expérimentés ou bien encore échanger avec des personnes vivant des difficultés similaires.

Un annuaire permet de trouver une structure d’aide spécialisée la plus proche de chez soi : http://www.alcool-info-service.fr/alcool-et-vous/alcool-grossesse/accueil

Notre conseil : en cas de difficulté avec l’alcool, n’hésitez pas à en parler aux soignants qui suivent votre grossesse ou à des professionnels spécialisés afin de faire le point et vous aider  vers l’arrêt ou la consommation modérée d’alcool. Informer le personnel soignant qui suit votre grossesse vous permettra de bénéficier d’une prise en charge adaptée et du meilleur accueil pour votre bébé.

Bon à savoir

Alcool Info Service pour répondre à toutes les questions

logo Alcool Info ServiceLes femmes ayant des questions concernant la consommation d'alcool au cours de leur grossesse peuvent se tourner vers le dispositif d'aide à distance Alcool Info Service (disponible 7 jours/7 par téléphone au numéro vert 0 980 980 930 et sur internet).

Laisser un commentaire

Ce webzine n’a pas vocation à traiter des sollicitations particulières.

Contactez l’Assurance Maladie :
  • par mail via votre compte ameli
  • par téléphone au 36 46 (tarif : service 0,06 € / min + prix appel)

  • Attention à vos données personnelles (numéro de sécurité sociale, nom, adresse….) ! Ne les diffusez pas sur Internet !

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *