Points clés
  • La France est un des pays de l’OCDE avec le plus gros volume d’ordonnances d’antibiotiques.
  • « Les antibiotiques, c’est pas automatique », « Les antibiotiques, utilisés à tort, ils deviendront moins forts ». Au-delà des slogans, c’est la santé publique qui est en jeu.
  • Acteurs de santé, patients, chacun peut agir pour que les antibiotiques restent efficaces et continuent de sauver des vies
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Antibiotiques, halte à la surconsommation

La Journée européenne sur les antibiotiques le 18 novembre dernier a été l’occasion de dresser un constat alarmant sur leur consommation excessive en France. Cette tendance entraîne une résistance des bactéries aux traitements. Pour qu’ils restent efficaces, la seule solution est d’en limiter l’usage, inutile dans certains cas.  Non, l’antibiotique n’est pas un produit miracle à utiliser pour tout, surtout pas contre un virus.

antibiotiques

Une surconsommation alarmante en France

Selon le Panorama de la santé 2017 de l’OCDE, la prescription d’antibiotiques en France est préoccupante et parmi les plus élevées. La consommation de ce type de médicaments est supérieure de 45 % à la moyenne des pays développés, à raison de 30 doses quotidiennes pour 1 000 habitants, contre 20 en moyenne dans les pays de l’OCDE.

Alors que le Plan national d’alertes sur les antibiotiques 2011 – 2016 prévoyait de réduire la consommation d’antibiotiques de 25 %, celle-ci a légèrement augmenté entre 2010 et 2015.  Cette prescription excessive est d’autant plus alarmante que la corrélation avec la prolifération de souches bactériennes résistantes est avérée. À cause de l’accoutumance aux antibiotiques, certaines affections comme l’otite du nourrisson ou la cystite de la femme adulte sont plus difficiles à guérir. Les symptômes durent plus longtemps et une infection à l’origine bénigne peut s’aggraver. Les possibilités de rechute entraînent souvent une tendance à l’automédication chez le patient.

Respecter la prescription raisonnée d’antibiotiques

L’automédication représente le risque le plus élevé de rendre les bactéries résistantes aux antibiotiques. La façon la plus efficace de lutter contre cette surconsommation est de mieux les utiliser pour les rendre plus efficaces. L’Assurance Maladie préconise de ne pas prendre d’antibiotiques sans prescription médicale et de respecter strictement les doses et la durée du traitement, si le médecin traitant en prescrit. Le médecin est le seul à pouvoir établir le bon diagnostic et à décider de la nécessité d’un traitement antibiotique.

Il est également recommandé de ne pas utiliser les médicaments d’un autre patient, ni de réutiliser des antibiotiques d’une précédente prescription, même si les symptômes semblent identiques.

 

Bon à savoir

Focus sur les maladies qui guérissent sans antibiotique

Les antibiotiques sont souvent utilisés à tort. Ils ne sont efficaces que contre les bactéries. Ils ne sont pas efficaces contre les virus ni les champignons, de même qu’ils ne soulagent pas non plus des symptômes. Rhinopharyngite, grippe saisonnière, bronchite aiguë, angine, bronchiolites : ces maladies d’origine virale ne nécessitent donc pas d’antibiotiques pour se soigner. Inutile d’en prendre pour les fièvres, maux de tête, troubles digestifs ou courbatures, des médicaments tels que le paracétamol suffisent. Il est conseillé de ne prendre les antibiotiques que sur avis médical.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Ce webzine n’a pas vocation à traiter des sollicitations particulières.

Contactez l’Assurance Maladie :
  • par mail via votre compte ameli
  • par téléphone au 36 46 (tarif : service 0,06 € / min + prix appel)

  • Attention à vos données personnelles (numéro de sécurité sociale, nom, adresse….) ! Ne les diffusez pas sur Internet !

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *