pollution de l'air
Points clés
  • La pollution atmosphérique, en extérieur comme en intérieur, a un impact direct sur l’espérance de vie et sur le risque de développer des maladies cardio-vasculaires.
  • Chez les populations fragiles (enfants, personnes âgées ou malades…), ce risque est accru.
  • A Paris comme dans d’autres zones urbaines denses, la pollution de l’air est importante. Des cartes interactives permettent d’identifier les zones ou les jours à risque, et de mieux se protéger.

Pollution de l’air : quels risques sur la santé ?

La pollution atmosphérique a un impact direct sur la santé, notamment dans les grandes villes. L’espérance de vie est réduite et les risques de maladies cardio-vasculaires et respiratoires sont accrus. De bonnes pratiques peuvent être observées pour mieux se protéger.

Pourquoi la pollution atmosphérique est un enjeu majeur pour la santé

En France, « la mortalité liée à la pollution particulaire est toujours aussi importante », estime Santé publique France. Selon les travaux menés en 2016, 48 000 décès prématurés par an sont imputés à la pollution en France. Un habitant d’une zone urbaine (+100 000 habitants) perd en moyenne 15 mois d’espérance de vie, contre 10 mois dans des zones urbaines de faible densité. On chiffre à 9 mois dans les zones rurales. L’exposition à la pollution au quotidien et dans la durée « a l’impact le plus important sur la santé » selon l’agence nationale de santé publique.

Mieux comprendre les risques de la pollution sur la santé

La pollution atmosphérique a des conséquences sur la santé à long terme, mais elle a aussi des effets sur le bien-être et la santé à court terme. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « les asthmatiques sont davantage exposés aux crises d’asthme les jours où la concentration d’ozone est plus élevée ».

Le risque de maladies cardio-vasculaires et respiratoires (aigües ou chroniques) est plus significatif chez les personnes exposées régulièrement à la pollution de l’air.

L’OMS relève également une prévalence de ces maladies chez les populations vulnérables : les enfants, les personnes âgées ou déjà malades.

La pollution, c’est aussi à l’intérieur 

La pollution atmosphérique ne concerne pas que l’air extérieur, bien au contraire ! La qualité de l’air intérieur, dans des espaces clos, peut aussi avoir des effets sur la santé.  Elle est « régulièrement plus mauvaise que celle d’un espace ouvert » estime Airparif. Selon l’organisme chargé de la surveillance de la qualité de l’air en Île-de-France, plusieurs sources de pollution intérieure peuvent être identifiées dans les espaces clos privés ou publics. Les produits et objets du quotidien « qui émettent de nombreuses substances » mais également une mauvaise ventilation, des installations d’aération mal entretenues sont en cause. Le tabagisme chez soi ou encore les particules fines émises par le matériel informatique ont aussi un impact sur la qualité de l’air.

Comment connaître la qualité de l’air à Paris et en Île-de-France ?

vue des toits de Paris en train de baigner dans un nuage de pollution

Depuis septembre 2019, la ville de Paris met en ligne une cartographie en temps réel des taux de pollution de l’air. Les données sont obtenues à partir des relevés des stations fixes d’Airparif et des taux mesurés par des capteurs embarqués dans plus de 300 stations mobiles. La carte permet de visualiser un indice de pollution au plus près de chez soi.

Airparif propose également sur son site une cartographie de la pollution de l’air en Île-de-France. Ces informations sont aussi disponibles sur Itiner’AIR, l’application de l’organisme francilien. L’outil présente l’avantage d’indiquer des itinéraires différents pour réduire l’exposition à la pollution.

Les bonnes pratiques pour se protéger des effets de la pollution

En cas d’épisode de pollution, le Ministère des Solidarités et de la Santé recommande de raccourcir le temps des sorties en extérieur, et de privilégier celles qui demandent moins d’effort. Il est également conseillé de consulter un professionnel de santé en cas de gêne respiratoire ou cardiaque.

Pour les personnes fragiles (femmes enceintes, bébés et jeunes enfants, personnes âgées ou malades…), les sorties en extérieur doivent être adaptées.

D’autres gestes sont recommandés au quotidien pour réduire la pollution intérieure, chez soi ou sur son lieu de travail.

– Aérer régulièrement en ouvrant en grand les fenêtres pendant au moins 10 minutes par jour ;

– Equiper le logement ou le bâtiment d’un système de ventilation, et vérifier son bon fonctionnement régulièrement ;

– Ne pas fumer à l’intérieur, notamment pour éviter le tabagisme passif ;

– Ne pas utiliser un chauffage d’appoint au pétrole ou au gaz en continu dans une chambre ou une pièce mal ventilée ;

– Réduire au maximum l’utilisation de produits nocifs : l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) recommande une liste de produits écoresponsables.

visuel graphique : 5 conseils pour réduire les risques de pollution intérieure

Bon à savoir

Le Service sophia : l’accompagnement de l’Assurance Maladie pour mieux vivre avec son asthme

Le Service sophia est un dispositif mis en place par l’Assurance Maladie pour les personnes souffrant d’asthme. Il est gratuit, sans engagement et permet de recevoir un accompagnement personnalisé pour mieux comprendre son asthme et mieux vivre avec la maladie au quotidien. L’inscription est possible depuis le compte ameli ou directement sur ameli-sophia.fr.

Laisser un commentaire

Ce webzine n’a pas vocation à traiter des sollicitations particulières.

Contactez l’Assurance Maladie :
  • par mail via votre compte ameli
  • par téléphone au 36 46 (tarif : service 0,06 € / min + prix appel)

  • Attention à vos données personnelles (numéro de sécurité sociale, nom, adresse….) ! Ne les diffusez pas sur Internet !

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *