Points clés
  • Le diagnostic d’une maladie chronique conduit à un suivi médical et à l’adoption d’une bonne hygiène alimentaire pour éviter les complications.
  • Les conseils d’un diététicien dans le cadre de l’ETP permettent de composer des repas équilibrés en adéquation avec l’état de santé.
  • Les régimes amaigrissants doivent faire l’objet d’une vigilance particulière pour éviter les carences et les interactions avec le traitement d’une maladie chronique.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Maladies chroniques : le régime alimentaire au cœur de la prise en charge

régime, maigrir, coach

Les patients atteints de maladies chroniques doivent suivre un régime alimentaire approprié pour éviter la survenue de complications. Grâce à un accompagnement médical et à l’éducation thérapeutique, chaque malade peut adopter l’alimentation qui convient à son état de santé. Nathalie Riant, diététicienne à la Cpam de Paris, apporte son éclairage.

20% des Français concernés par les maladies chroniques

En France, les maladies chroniques touchent près de 20% de la population d’après l’Institut national de Veille Sanitaire (Invs). Les plus fréquentes sont le diabète de type 2, l’obésité, les maladies cardiovasculaires (cardiopathies et AVC) et le cancer.

Maladies chroniques et alimentation sont étroitement liées : la surcharge pondérale et les déséquilibres alimentaires sont des facteurs de risque des pathologies citées précédemment. Elles nécessitent un suivi rigoureux, impliquant la pratique d’une activité physique régulière et l’adoption d’une hygiène alimentaire appropriée.

La nutrition en plus des médicaments

Le diagnostic d’une maladie chronique nécessite un suivi médical régulier et une surveillance de l’équilibre alimentaire en vue d’éviter les complications. Ainsi, l’importance de l’alimentation et de l’activité physique est équivalente à celle des médicaments dans le traitement d’une maladie chronique comme le diabète de type2. Elle fait partie du processus d’éducation thérapeutique du patient : un programme personnalisé pour mieux vivre avec la maladie au quotidien et acquérir davantage d’autonomie (voir encadré).

« Le régime rime avec encouragement »

Dans ce cadre, il est conseillé de faire appel à un diététicien ou à un nutritionniste. Leur rôle : déterminer des repas adaptés à l’état de santé du malade. En tenant compte des besoins particuliers de chaque patient, ils orientent vers des familles d’aliments à privilégier ou à éviter.

Même si les conseils de base sont souvent similaires, une personne diabétique n’adopte pas forcément la même alimentation qu’un malade atteint d’un cancer, par exemple. La diététicienne Nathalie Riant, recommande « une alimentation équilibrée » de manière générale. « Le régime rime aussi avec encouragement. Toute modification alimentaire doit être acceptée par le patient pour l’aider à avancer sans créer de culpabilité. »

Attention aux régimes amaigrissants et aux risques associés

Le suivi d’un régime amaigrissant drastique en l’absence de suivi médical est fortement déconseillé. « Ils peuvent être néfastes pour la santé s’ils ne sont pas adaptés à la pathologie du patient ». Même chez une personne en bonne santé, ce type de régime n’est pas sans risque : perte de masse musculaire et/ou osseuse, carences, effet yo-yo et reprise pondérale rapide.

Chez une personne atteinte d’une maladie chronique, « les régimes farfelus sont à proscrire. Le régime alimentaire doit correspondre aux besoins de chacun » explique la diététicienne. Un régime amaigrissant peut exclure des aliments nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme et à la bonne mise en œuvre du traitement médicamenteux.

Pour Nathalie Riant, « en cas de surpoids il ne faut pas se lancer dans des régimes amaigrissants sans l’encadrement d’un spécialiste. C’est lui qui détermine avec le patient ce qui est bon de faire en fonction de ses habitudes alimentaires et quotidiennes, ses besoins et sa pathologie ». Cet accompagnement se traduit comme un réel échange entre le spécialiste et son patient, pour adapter au mieux le régime aux goûts du patient.

Bon à savoir

L’éducation thérapeutique du patient (ETP), le parcours de soins du patient diabétique

L’éducation thérapeutique vise à accompagner le patient à travers sa maladie chronique. Ce programme comprend des activités de sensibilisation, d’information, d’apprentissage et d’accompagnement psychosocial. Le patient peut ainsi être guidé dans chacune des étapes : traitements, hospitalisation, soins et comportements de santé plus autonomes. >>> En savoir plus sur les ateliers thérapeutiques organisés par la Cpam.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Un commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*