rein, dépistage, maladie rénale chronique, co-dépistage
Points clés
  • Le dépistage d’une insuffisance rénale chronique et du diabète de type 2 est vital car ces maladies peuvent évoluer sans symptôme pendant plusieurs années.
  • Le co-dépistage pour l’insuffisance rénale chronique et le diabète est anonyme, gratuit et rapide.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Prendre soin de ses reins

À l’occasion de la semaine nationale de prévention de la maladie rénale chronique (MRC) du 3 au 10 mars, l’Agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France organise avec le réseau de néphrologie d’Île-de-France (RENIF) et l’association française des diabétiques (AFD) une campagne de co-dépistage dans les établissements de santé et les centres de santé parisiens. Préserver la santé de ses reins est vitale.

World Kidney Day design logo concept idea: Love heart shape symbolic sign of women human hands on blur blue turquoise clean aqua water background: Element of this image furnished by NASA

Diagnostiquer les maladies rénales et le diabète

En Île-de-France, le dépistage systématique de l’insuffisance rénale chez les patients diabétiques et/ou hypertendus n’est pas suffisamment réalisé et 200 000 personnes ignorent qu’elles sont diabétiques.

Selon l’ARS, en Île-de-France, environ 14 000 personnes présentent une insuffisance rénale terminale nécessitant un traitement par dialyse ou greffe rénale ; la moitié de ces patients sont insuffisants rénaux du fait d’une complication du diabète et/ou d’une hypertension artérielle.

Environ 400 000 personnes sont diabétiques (dont 92 % de diabète de type 2) ; 200 000 personnes sont diabétiques sans le savoir.

Près de 3 millions de résidents en France présentent une maladie rénale chronique. 70 000 sont pris en charge en dialyse / transplantation rénale.

1 personne diabétique sur 5 n’est pas diagnostiquée. Les conséquences peuvent être vitales pour la santé. Le diabète peut abîmer certains organes, dont les reins. Les complications au niveau des reins pour les diabétiques sont favorisées par un taux trop élevé de sucre dans le sang (hyperglycémie), ce qui finit par endommager les petits vaisseaux des reins. Ces complications peuvent évoluer sans que l’on s’en rende compte.

Le co-dépistage en pratique

dépistage, diabète, taux sucre, co-dépistageLa semaine de prévention de la maladie chronique rénale est l’occasion de pouvoir pratiquer un co-dépistage : à la fois les problèmes rénaux et le diabète. Ces deux maladies peuvent être présentes sans que l’on en ait conscience. Le dépistage peut permettre de poser un diagnostic et de vous orienter pour le meilleur traitement.

Le dépistage de la maladie chronique rénale est simple : une prise de sang et l’examen d’un échantillon d’urine. Pour le diabète, c’est tout aussi simple : il s’agit de mesurer le taux de sucre présent dans le sang. C’est une mesure rapide, indolore et il est inutile d’être à jeun.

En fonction de ces marqueurs, les professionnels de santé peuvent établir un premier diagnostic, qui peut sauver vos reins et vous éviter bien des complications de santé.

Bon à savoir

Où se faire dépister à Paris pendant la semaine nationale de prévention de la MRC ?

Retrouvez toutes les adresses où bénéficier d’un co-dépistage de la maladie rénale et du diabète, pris en charge par l’Assurance Maladie dans le cadre de la semaine nationale du rein. Les sites partenaires proposent au public, durant une journée de la semaine, un dépistage anonyme, gratuit et rapide de la maladie rénale (recherche d’albumine dans les urines) et du diabète de type 2 par glycémie capillaire (lecture instantanée du taux de sucre dans une goutte de sang) mais aussi d’autres facteurs de risque comme l’hypertension artérielle et le surpoids ou l’obésité. Une infirmière diplômée d’État effectue les prélèvements (glycémie capillaire, albuminurie, TA, indice de masse corporelle-IMC). Si l’un des résultats est positif, le patient est orienté vers un médecin sur place. Il reçoit alors des conseils en matière de prévention, des supports d’information sur la pathologie concernée, un document avec ses résultats et une lettre de suivi destinée à son médecin traitant.
6-mars
9h-17h : HÔPITAL COGNACQ JAY (15 rue Eugène Million - 75015 PARIS)
9h-17h : HÔPITAL NECKER (149 rue de Sèvres - 75015 PARIS)
7-mars
10h-13h et 14h-16h : CLINIQUE INTERNATIONALE MONCEAU (21 rue de Chazelles - 75017 PARIS)
8-mars
10h-16h : HÔPITAL TENON (4 rue de la Chine - 75020 PARIS)
9-mars
HÔPITAL SAINT LOUIS (1 avenue Claude Vellefaux - 75010 PARIS)
9h30-12h30 et 14h -16h30 : AURA PLAISANCE (12 rue Franquet - 75015 PARIS)
9h-16h : HÔPITAL BICHAT - CLAUDE BERNARD (46 rue Henri Huchard - 75018 PARIS)
10-mars
9 h-17h :CENTRE DE VACCINATIONS INTERNATIONALES AIR FRANCE (ASSOCIATION VOYAGE ET SANTE - 38 quai de Jemmapes - 75010 PARIS)
9h30-16h30 : HÔPITAL LA PITIÉ SALPÉTRIÈRE (47-83 bld de l'Hôpital - 75013 PARIS)
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*