asthme allergie
Points clés
  • Pour diagnostiquer l’asthme et mettre en place un traitement adapté, il est nécessaire d’établir un bilan clinique et de procéder à des tests respiratoires.
  • Les allergènes responsables des crises d’asthme sont recherchés par des tests cutanés effectués par un allergologue. Les circonstances des déclenchements sont aussi examinées.
  • Des précautions sont à prendre pour limiter les contacts du patient avec les allergènes à l’intérieur comme à l’extérieur de la maison. Elles améliorent la qualité de vie de l’asthmatique.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Asthme et allergie, ce qu’il faut savoir

Comprendre les raisons des crises d’asthme permet de mieux contrôler la maladie. Chez les adultes, dans 50 % des cas, elle est d’origine allergique. Ce taux atteint 80 % pour les enfants. Il est important de se faire diagnostiquer pour réduire l’allergie et agir sur les symptômes de l’asthme.

asthme

Comprendre l’asthme pour mieux contrôler la maladie

L’asthme est une maladie très fréquente et se manifeste dès l’enfance. L’asthme ne se guérit pas mais quand il est diagnostiqué, l’asthme est sous contrôle dans 95 % des cas.

Cette maladie est caractérisée par des épisodes de gêne respiratoire sifflante que l’on appelle dyspnée. C’est le résultat d’une inflammation de l’épithélium bronchique qui a été déclenchée par différents facteurs comme les allergies.

La toux peut être le seul symptôme, ou être associée à la présence de mucus et à un débit d’air diminué qui entraînent de véritables difficultés pour respirer. Entre deux crises, la respiration redevient normale.

Les tests pour diagnostiquer l’asthme

C’est le médecin traitant qui établit le premier bilan pour faire le point sur les symptômes mais aussi sur les facteurs déclenchants et prédisposants.

Un interrogatoire permet d’évaluer la sévérité de la maladie mais aussi de rechercher les causes, y compris des antécédents familiaux.

Ensuite pour confirmer le diagnostic, de nouveaux examens sont réalisés par un pneumologue ou un allergologue.

Dès l’âge de 3 ans, des tests respiratoires sont effectués. Ces épreuves fonctionnelles respiratoires (EFR) fournissent des informations précises sur le souffle.

Des tests cutanés peuvent être réalisés pour vérifier l’origine allergique et la nature de l’allergène. Les circonstances du déclenchement sont aussi étudiées pour mieux contrôler et espacer les crises : stress, activité physique, prise de certains médicaments, ou encore conditions climatiques.

 

Traquer les allergènes pour une meilleure qualité de vie

L’asthme est la combinaison d’une prédisposition génétique et de facteurs environnementaux qui peuvent être :

  • des allergènes présents à l’intérieur de l’habitation, comme les acariens ou les moisissures ;
  • la pollution de l’air et en particulier les particules fines ;
  • la fumée du tabac ;
  • les pollens qui sont des allergènes extérieurs.

L’organisme réagit de manière excessive à une substance étrangère qui est normalement bien tolérée.

 

Pour éviter les crises et maintenir une bonne qualité de vie, les professionnels de santé préconisent d’adopter quelques gestes simples.

Il est recommandé d’aérer tous les jours toutes les pièces de la maison, même si c’est l’hiver ! Une température de moins de 20 degrés est à privilégier dans l’habitation et les chambres.

Dans les pièces d’eau, il faut éviter la présence de moisissures et faire la guerre aux cafards dans les cuisines.

Les animaux de compagnie sont régulièrement brossés à l’extérieur.

L’autre animal qui peut vraiment être très allergène est l’acarien, présent dans la poussière, les draps ou simplement dans le canapé. Il est recommandé d’aspirer souvent et de nettoyer l’aspirateur entre chaque utilisation.

 

À l’extérieur de la maison d’autres précautions sont à prendre  surtout au moment de l’arrivée des pollens (arbres, graminées ou encore herbe) :

  • avant de sortir, se renseigner sur la qualité de l’air et la quantité de pollens présents ;
  • porter des lunettes de soleil qui limitent le contact des allergènes avec les yeux, et un chapeau pour se prémunir des dépôts dans les cheveux ;
  • éviter de sortir pendant les pics polliniques et ne pas faire sécher le linge dehors;
  • apprendre à reconnaître les plantes qui sont allergènes ;
  • se laver les cheveux et brosser les vêtements après un retour de promenade.

 

Notre conseil : l’application Asthm’activ est une aide précieuse pour bien gérer son asthme.

Pour connaître la qualité de l’air à Paris, le site AirParif propose un bulletin allergo-pollinique : https://www.airparif.asso.fr/divers/pollens/

Bon à savoir

Focus sur sophia asthme

Le service sophia, qui accompagne les personnes atteintes de maladies chroniques, concerne aussi les personnes souffrant d’asthme. Ce service gratuit aide les personnes à mieux connaître leur maladie et à adopter les bonnes habitudes pour avoir une meilleure qualité de vie. Des informations sur la maladie sont régulièrement envoyées. Il est également possible de dialoguer avec un infirmier-conseiller en santé au 0 809 400 040 (numéro vert). L’inscription est gratuite et sans engagement : le patient peut quitter le service quand il le désire. Pour s’inscrire :
  • il faut être rattaché au régime général de l’Assurance Maladie ;
  • avoir entre 18 et 44 ans ;
  • avoir un médecin traitant ;
  • bénéficier d’au moins 2 remboursements d’antiasthmatiques dans l’année et la précédente.
L’adhésion au servie permet d’avoir accès à un compte personnel et sécurisé. Vous pouvez vous inscrire lors d’une consultation de votre médecin traitant ou depuis votre compte ameli ou via un module d’inscription.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Un commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*