prévention, désinsertion professionnelle
Points clés
  • Après un long arrêt de travail dû à un accident ou une maladie, il n'est pas toujours possible de reprendre immédiatement la même activité professionnelle.
  • La prévention de la désinsertion professionnelle (PDP) passe par la collaboration de plusieurs acteurs : le service social, le service médical, la Cpam de Paris et les partenaires du champ social.
  • Plusieurs solutions sont envisagées selon les situations : bilan de compétences, aides à la formation, bénévolat, adaptation du poste de travail.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Agir pour éviter la désinsertion professionnelle

Reprendre une activité après un lourd accident et/ou un long arrêt maladie, ça se prépare, et pas seul. L’Assurance Maladie et ses partenaires assurent aussi une mission de prévention de la désinsertion professionnelle (PDP) après des assurés sociaux qui présentent un risque, en faveur du maintien dans l’emploi. Explications avec Samuel Laurier, Responsable de la cellule Partenariat à la Cpam de Paris.prévention désinsertion professionnelle

Quand l’état de santé compromet le maintien dans l’emploi

Les conséquences d’un accident ou d’une maladie, professionnelle ou non, sont parfois telles qu’il n’est plus possible de retrouver son métier, surtout après un long arrêt de travail. Tous les travailleurs sont potentiellement exposés à la désinsertion professionnelle : « les métiers manuels, industriels, et les activités répétitives font partie des facteurs de risque, mais personne n’est à l’abri d’un accident » explique Samuel Laurier.

D’autant que les symptômes purement physiques ne sont pas les seuls en cause. « On observe de plus en plus d’arrêts maladie long dus à des situations de stress au travail et de burn out chez les cadres qui peuvent rester longtemps affectés. Le harcèlement et la dépression produisent souvent de longs arrêts et les victimes ne peuvent de reprendre leur activité dans leur entreprise et à leur poste » ajoute Samuel Laurier. Et le phénomène prend de l’ampleur : « on le voit très bien à Paris où les arrêts maladie longs s’étendent désormais à l’ouest depuis environ deux ans, alors que ceux-ci concernaient plutôt le nord et l’est du territoire jusqu’alors ».

désinsertion professionnellePrévenir la désinsertion professionnelle

Samuel Laurier souligne que « les actions de PDP représentent un grand panel de possibilités et nécessitent de travailler ensemble avec le service social, la Cpam, le service médical et les partenaires. Tous les acteurs vont dans le même sens pour aider les personnes concernées. »

La prévention commence par un repérage précoce des personnes en arrêt de travail prolongé, en situation de précarité ou de fragilité. Elle passe ensuite par des réunions collectives « où l’on essaie de rassembler des personnes atteintes de pathologies ou des problématiques sociales similaires », et par des entretiens individuels d’évaluation sociale. « Nous travaillons également avec deux psychologues pour savoir si la personne est dans une dynamique positive et comment elle se projette pour un retour vers une activité professionnelle».

Trouver des solutions ensemble grâce au service social de la Cpam

« Le service social est le pilier du dispositif » commente Samuel Laurier. Son rôle est d’estimer les répercussions de la maladie sur le quotidien et de trouver des solutions pour remédier aux difficultés dues à l’état de santé. « L’assistante sociale effectue un travail individuel avec l’assuré pour savoir comment il se situe mentalement, et pour clarifier sa situation petit à petit. Elle propose une aide à la reprise avec un temps de travail adapté comme le mi-temps thérapeutique, en accord avec le service médical. »

Des actions adaptées selon les situations

Plusieurs solutions sont envisageables : bilan de compétences en vue d’une réorientation professionnelle,  activités comme le bénévolat pour conserver du lien social, aides à la formation. Les personnes en situation de handicap suite à un accident bénéficient elles aussi d’un accompagnement, avec le statut de travailleur handicapé et une éventuelle adaptation du poste de travail.

En revanche, il est parfois plus complexe de gérer les problématiques psychologiques : « On peut se reconstruire, mais on n’est pas forcément apte à retrouver une hiérarchie », souligne Samuel Laurier. « Quelqu’un qui porte plainte pour harcèlement peut être mal vu, et une personne qui a fait un burnout peut-être parfois considérée comme faible. Ce sont des cas plus difficiles, mais on s’adapte. »

21 juin 2017 à Paris rendez-vous au Forum « Prévention de la désinsertion professionnelle »

Le service social de la Cpam de Paris organise un forum pour rassembler les assurés, les interlocuteurs de la PDP et les partenaires. Au programme : une rencontre avec les professionnels et les partenaires, des informations sur les dispositifs post-PDP et sur les formations, ainsi que des témoignages d’assurés. Rendez-vous le mercredi 21 juin de 9h à 13h au 17/19 rue de Flandre – 75019 PARIS (siège de la CRAMIF Île-de-France, salle des conférences / Métro : Stalingrad).

Pour des raisons de sécurité et dans le cadre de Vigipirate, un contrôle des sacs pourra être demandé à l’entrée. Nous remercions les visiteurs de bien vouloir se plier à ces consignes de sécurité.

En savoir plus sur la Prévention de la désinsertion professionnelle

>>> Reprendre une activité professionnelle après une maladie ou un accident (brochure – PDF, 205.69 Ko)

>>> Prévention de la désinsertion professionnelle : la visite de pré-reprise (brochure – PDF, 99.68 Ko)

Bon à savoir

Contacter le service social de la Cpam de Paris

Le service social de l'Assurance Maladie aide les assurés dans le cadre d'un retour à l'emploi après un arrêt maladie, mais aussi dans d'autres circonstances : en cas de difficultés d'accès aux soins ou pour bénéficier d'un accompagnement après une hospitalisation. Le service social peut être contacté par mail depuis le compte ameli (rubrique « Ma Messagerie »), par téléphone au 36 46 (0,06€ / min + prix appel) ou l'accueil de la caisse d'Assurance Maladie. En savoir plus sur le site ameli.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*