écrans enfant
Points clés
  • La surexposition des enfants aux écrans peut avoir un impact sur leur santé : moins d’activité physique, et un risque d’obésité plus important
  • Plusieurs études montrent aussi des conséquences sur le développement, notamment avec des troubles attentionnels, du sommeil et du langage
  • Le temps d’exposition aux écrans doit être limité et il faut favoriser une activité physique régulière

Les dangers des écrans pour les enfants

Lorsque les enfants sont exposés trop jeunes aux tablettes, smartphones ou à la télévision, cela peut avoir des conséquences sur leur développement et leur santé. C’est pour cela que leur usage, notamment chez les moins de 6 ans, fait l’objet de plusieurs recommandations.

écrans enfant

Limiter l’usage des écrans chez les enfants

Neuf foyers français sur dix possèdent plusieurs écrans.  Selon le Conseil supérieur de l’audiovisuel, on en dénombre plus de cinq par foyer, en moyenne. Cette modification de l’environnement domestique entraîne une surexposition des enfants et peut avoir un impact sur leur développement et leur santé.  

Santé Publique France, dans son étude, établit un lien entre le temps passé par les plus jeunes devant un écran (trois heures et plus chaque jour) et le peu d’activité physique. Cette sédentarité augmente les risques d’obésité, avec des effets directs sur la santé. Mais ce n’est pas la seule conséquence sur leur développement.

Anxiété, difficultés d’attention, troubles du langage et du sommeil…

Les troubles primaires du langage chez les 3 – 6 ans peuvent aussi être associés à cette surexposition, selon Santé Publique France. Une autre étude, publiée en janvier 2020, a été réalisée auprès d’un échantillon d’enfants en Ille-et-Vilaine. Ceux  « exposés aux écrans le matin avant l’école », qui ne discutent pas ou rarement avec leurs parents de ce qu’ils regardent, ont « six fois plus de risque de développent des troubles primaires du langage ».

Les résultats d’autres recherches, menées notamment aux Etats-Unis, montrent le risque de développer des troubles attentionnels. Mais aussi un retard d’apprentissage et des troubles du sommeil.

Quelles recommandations pour les enfants surexposés aux écrans

Plusieurs bonnes pratiques existent pour assurer le développement des plus jeunes dans de bonnes conditions. Cela passe notamment par une activité physique régulière, en remplaçant, par exemple, le temps passé devant un écran par des jeux plus actifs et interactifs afin de remettre le jeu au centre de la vie de l’enfant.

Pour cela, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande une activité physique plusieurs fois par jour. Pour les 3-4 ans, il faut compter au moins 3 heures d’activité plus ou moins intenses.

Mais le sommeil est aussi une composante importante de leur qualité de vie. Pour les petits jusque 4 ans, le temps de sommeil doit être de 10 à 14 heures par jour. Et le temps passé « attaché », par exemple dans un landau, une poussette ou une chaise haute, doit être limité.

En plus de l’activité physique, l’accès aux écrans doit être limité. Ils sont à proscrire chez les moins de deux ans. À partir de 3 ans et jusqu’à 4 ans, les professionnels de santé conseillent une heure par jour au maximum. Et à partir de 6 ans, ce temps d’écran peut être étendu à deux heures par jour. Mais dans tous les cas, il faut privilégier une  activité physique régulière et un sommeil de qualité.

Bon à savoir

L’examen de suivi est pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie

Un examen de suivi de la santé et du développement de l’enfant est possible jusqu’à ses 16 ans .

Initialement prévus pour les moins de 6 ans, ces rendez-vous médicaux réguliers sont désormais proposés jusqu’à l’adolescence. Les examens sont réalisés par un pédiatre ou un médecin généraliste. Ils sont pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie, sans avance de frais.