soigner son enfant
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Maux de l’hiver : protéger et soigner son enfant

thermomètre-enfant malade_Fotolia_63279030_svetamartComment prévenir une gastro-entérite ou une rhinopharyngite chez l’enfant ? Comment réagir si malgré tout il tombe malade ? Médecin généraliste au Centre médical Réaumur de Paris, Olivier Desroy vous aide à adopter les bons gestes pour protéger les enfants contre des maux de l’hiver.

À quelles maladies les enfants sont-ils les plus exposés en hiver ?

Les maux de l’hiver les plus fréquents chez les nourrissons et les jeunes enfants sont la gastro-entérite, la rhinopharyngite, l’otite et l’angine. Leur recrudescence est la conséquence d’une baisse des défenses immunitaires due au froid. Les tout-petits sont d’ailleurs souvent malades car leur système immunitaire n’a pas encore eu ni le temps ni l’occasion de fabriquer les anticorps nécessaires pour lutter contre ces infections courantes qu’on rencontre dès le début de la vie. Ces maladies infectieuses sont dans la plupart des cas bénignes et jouent donc même un rôle bénéfique en participant au développement du système immunitaire de l’enfant. La vie en collectivité favorise la transmission de virus et de bactéries. Il est donc normal que les enfants scolarisés ou évoluant en crèche soient plus souvent malades que ceux gardés à domicile. La rhinopharyngite, appelée couramment rhume, est la pathologie infectieuse la plus courante. Entre 6 mois et 6 ans, un enfant en est atteint 4 à 5 fois par an. 200 virus sont capables de provoquer cette maladie !

maladies épidémies hivers-nuage mots_Fotolia_74202699_Jérôme RomméQuelles sont les solutions pour limiter les risques de contamination de l’enfant ?

Maintenir la température de son domicile entre 18 et 20°C pour éviter les atmosphères trop chaudes et trop sèches, aérer souvent les lieux de vie et les chambres, se laver les mains avant de préparer les repas ou de passer à table, après être allé aux toilettes, après avoir changé un nourrisson, etc. Les parents  doivent apprendre à leur enfant à se laver les mains le plus tôt possible. Il faut aussi veiller à ce que les enfants n’échangent pas leurs biberons, tétines ou doudous. Cette règle s’applique également aux aliments (sucettes, glaces, gâteaux…) ainsi qu’aux verres et aux couverts. En automne et en hiver, il est préférable d’éviter d’emmener les enfants dans des lieux où ils peuvent être en contact avec des personnes enrhumées : galeries commerciales, transports en commun… Enfin, les parents atteints de gastro-entérite doivent éviter tout contact direct avec leur enfant. Ceux atteints de rhinopharyngite doivent porter un masque et ne pas embrasser leur enfant sur le visage. Les parents doivent aussi penser à tousser ou à éternuer en se protégeant d’un mouchoir. Un réflexe qui doit être enseigné aux enfants dès qu’ils sont en âge de le reproduire. Les mouchoirs doivent être jetés après usage, de préférence dans une poubelle fermée.

Comment soigner son enfant ?

Il faut l’hydrater régulièrement. En cas de toux, l’utilisation de sirop est contre-indiquée chez l’enfant de moins de 2 ans. En cas de rhinopharyngite, le principal traitement consiste à laver régulièrement le nez avec du sérum physiologique ou une autre solution saline. Il faut également moucher l’enfant et surélever son matelas au niveau de la tête. La toux est un moyen efficace d’éliminer des sécrétions bronchiques ou trachéales, c’est un mécanisme de défense qui doit donc être respecté. Un enfant qui tousse ou qui a de la fièvre est un enfant qui active ses défenses naturelles. En cas de fièvre, il faut éviter de trop le couvrir car le corps a besoin de réguler sa température. Voir un médecin ne se justifie que si la toux persiste plus de 4 à 5 jours, ou si la fièvre dure plus de 3 jours ou est mal supportée. À savoir aussi : le paracétamol est un médicament efficace et mieux toléré que l’aspirine. Peu d’enfants y sont allergiques mais il ne faut pas en abuser et respecter les doses recommandées. Enfin, les vasoconstricteurs utilisés contre le rhume sont contre-indiqués chez les enfants de moins de 15 ans, les femmes enceintes et les personnes « cardiaques ».

Lire aussi

Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Un commentaire pour cet article

  • Merci pour les conseils. J’aimerais ajouter aussi que selon l’âge de l’enfant, on recommande des prises de la température en alternance en utilisant différentes méthodes. Chez les nourrissons et enfants de moins de 2 ans, on privilégiera une mesure axillaire en dépistage puis une mesure rectale pour une température précise. Et chez les enfants âgés de 2 à 5 ans, la prise de mesure de température par voie rectale, auriculaire et axiliaire pour déterminer la précision Jeunes enfants de plus de 5 ans : prise buccale en ajoutant 0.5 ° au résultat du thermomètre digital, auriculaire et axillaire (+ 0,9 °)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*