magazine de l’assurance maladie de paris

Santé publique

Le nouveau calendrier vaccinal

Mis à jour le 28/04/2022 | 5 min de lecture

Le calendrier vaccinal 2018 établit de nouvelles recommandations. Pour les enfants de moins de 2 ans, 11 vaccins sont désormais obligatoires, et certains vaccins sont préconisés pour les populations plus fragiles.

Le calendrier vaccinal 2018 intègre de nouveaux vaccins obligatoires pour les enfants de moins de 2 ans selon les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS).

vaccination

Nouveau calendrier vaccinal : ce qui change en 2018

Chaque année, le Ministère de la Santé établit un calendrier vaccinal en fonction des recommandations de la Commission technique des vaccinations de la Haute Autorité de la Santé (HAS). Il concerne aussi bien les enfants que les adultes. Il répertorie les vaccins obligatoires et ceux qui sont recommandés.

Les vaccins obligatoires sont exigés pour l’entrée en collectivité (école, crèche, centre de vacances). Un enfant non vacciné avec les vaccins obligatoires ne pourra donc pas être admis dans ces collectivités.

Pour 2018, le nouveau calendrier vaccinal tient notamment compte des obligations vaccinales pour les enfants de moins de deux ans nés après le 1er janvier 2018. En plus des vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite qui étaient déjà obligatoires, les bébés doivent désormais être vaccinés contre l’Haemophilus influenzae b, le méningocoque C et le pneumocoque (pneumopathies et méningites), contre la coqueluche, l’hépatite B, la rougeole, les oreillons et la rubéole.

Pour les enfants nés avant le 1er janvier 2018, seuls les vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite restent obligatoires : ils doivent être effectués aux 2, 4 et 11 mois.

vaccination

Source : http://vaccination-info-service.fr

Dans sa version détaillée (PDF – 6,67 Mo), le calendrier 2018 recommande certaines vaccinations pour les personnes dont la situation présente plus de risques : seniors, personnes immunodéprimées, femmes enceintes, nourrissons prématurés…

Une vaccination saisonnière contre la grippe est par exemple recommandée tous les ans pour les personnes fragiles et à risques.

Calendrier vaccinal : être à jour de ses vaccins

Si les enfants sont généralement bien suivis pour leurs vaccins, arrivés à l’adolescence et à l’âge adulte, la fréquence de l’injection est à faire à date variable.

 Vaccins  Les rappels
Diphtérie, tétanos et poliomyélite (DTP) Les rappels de l’adulte sont recommandés à âges fixes : 25 ans, 45 ans, 65 ans, puis tous les 10 ans
Coqueluche Le rappel coqueluche se fait à 25 ans

 

Les futurs parents sont particulièrement concernés, car la vaccination protège les nourrissons de moins de 6 mois dont la vaccination n’est pas complète.

Varicelle Pour les adultes qui n’ont pas eu la varicelle, et ne sont donc pas naturellement immunisés ou dont on n’est pas certain qu’ils aient eu la varicelle, la vaccination est recommandée dans certains cas
Fièvre jaune Obligatoire pour les résidents de Guyane

Indispensable pour tout séjour en zone endémique (régions intertropicales d’Afrique et d’Amérique du Sud)

 

L’injection doit être réalisée au moins 10 jours avant le départ.

Hépatite B À partir de 16 ans, elle est recommandée uniquement chez les personnes exposées au risque de l’hépatite B.
Méningites à Haemophilus influenzae b (Hib) Pour les personnes non vaccinées présentant certaines maladies du sang
Grippe Recommandée chaque année pour les personnes à risques y compris les enfants à partir de 6 mois, les femmes enceintes et les personnes âgées de 65 ans et plus
Zona Recommandée chez les personnes âgées de 65 à 74 ans inclus

 

PDF du calendrier (version simplifiée – 2,22 Mo)

Pour plus d’information, n’hésitez pas à demander conseil auprès de votre médecin, pharmacien ou sage-femme.

Le saviez-vous ?

Quels professionnels de santé peuvent prescrire un vaccin ?

Les vaccins sont prescrits par un médecin généraliste, un médecin spécialiste ou encore par un médecin du travail.

Ils peuvent aussi être prescrits par une sage-femme : dans le cadre d’un suivi gynécologique, ou en vue d’une naissance par exemple. La sage-femme peut également prescrire les vaccins du nouveau-né, et de son entourage, jusqu’à ses deux mois.