hépatite C chronique
Points clés
  • L’hépatite C chronique concernerait plus de 232 000 personnes en France. Elle passe inaperçue 9 fois sur 10.
  • L’hépatite C chronique est aujourd’hui la seule maladie virale chronique à pouvoir être guérie.
  • Le dépistage est indispensable pour toutes les personnes qui ont eu des conduites à risque ou présentent des risques, comme les dialysés.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

L’hépatite C chronique : une maladie virale qui se guérit, mieux et moins cher

En matière de maladie, on a rarement l’occasion d’annoncer des bonnes nouvelles, et c’est pourtant le cas avec l’ hépatite C chronique. L’hépatite C chronique est aujourd’hui la seule maladie virale chronique à pouvoir être guérie. À condition d’être dépistée… Les prix des médicaments qui peuvent soigner cette maladie sont en baisse, une autre bonne nouvelle pour les patients et le système de santé, pour une meilleure prise en charge de cette maladie qui concerne 160 000 personnes en France.

hépatite C chronique

La contamination par le virus VHC

Les progrès des nouveaux traitements permettent de mettre fin à l’épidémie d’hépatite C en France. Cette maladie infectieuse du foie devient chronique dans 70 à 85 % des cas.

C’est une grande avancée mais qui nécessite encore de l’information et un dépistage plus important. En effet, on estime que 75 000 personnes ne sont pas diagnostiquées et peuvent contaminer des proches sans le savoir. Cette maladie peut rester longtemps silencieuse, et évolue dix, vingt ou trente ans avant que de graves complications apparaissent.

On estime aujourd’hui que 367 000 personnes ont été contaminées par le virus de l’hépatite C (VHC) en France. 232 000 d’entre elles sont porteuses chroniques du virus. L’hépatite C chronique serait responsable de 2 700 décès par an.

Le virus VHC se transmet surtout par voie sanguine. L’hépatite C est contagieuse une semaine après que la charge virale soit détectable. Une personne peut être contaminée lors d’usage de drogue lorsque le matériel est partagé, mais aussi lors d’une exposition au sang dans un accident, par exemple. Il a également pu se transmettre à l’occasion de tatouages, de soins dentaires ou d’acupuncture réalisés avec du matériel mal stérilisé, mais cette voie de contamination est désormais anecdotique. Aujourd’hui, en France, le nombre de nouveaux cas annuels serait de 4 000 ou 5 000, essentiellement chez les usagers de drogues.

Le dépistage est indispensable

L’information auprès des personnes à risque est déterminante pour réduire le nombre de patients atteints. Et aujourd’hui, il s’agit surtout de respecter des bonnes pratiques : rapports protégés, seringues à usage unique et non-partage des objets de toilette.

Il n’existe pas de vaccin contre l’hépatite C chronique.

En revanche, il est très important de se faire dépister. Une fois le diagnostic posé, les pourcentages de guérison sont de 95 %.

Le dépistage est possible avec une simple prise de sang. Celle-ci est réalisable dans tous les laboratoires d’analyses médicales publics ou privés avec une ordonnance. Le TROD (test rapide d’orientation diagnostique) permet d’avoir un résultat en 30 minutes avec une seule goutte de sang.

Le TROD doit être confirmé par une analyse de sang.

Les personnes qui ont eu de grosses interventions chirurgicales avant 1992 doivent vérifier qu’elles n’ont pas été contaminées à l’époque où les contrôles n’étaient pas systématiques. Les malades hémodialysés sont aussi dépistées comme tout l’entourage familial de personnes atteintes d’hépatite C.

L’ hépatite C chronique, une éradication possible en France

Si les professionnels de santé insistent sur le dépistage, c’est parce que la maladie pourrait être éradiquée en France d’ici 2025. En effet, l’arrivée sur le marché d’un médicament innovant en 2013 a permis de guérir 70 000 patients. Restent encore 110 000 dont 70 000 qui ne se savent pas atteints de l’hépatite C. Ces traitements sont d’autant plus performants que les malades peuvent se les procurer en officine et non plus à l’hôpital comme c’était le cas auparavant. La cherté des médicaments a fait l’objet d’une négociation pour que tous les assurés français puissent en bénéficier.

Une personne ayant une hépatite C chronique peut bénéficier d’une ALD (affection de longue durée).

Vivre avec une hépatite C chronique

>>> dépliant de la Haute Autorité de Santé « Vivre avec une hépatite C chronique » (PDF – 426,88 Ko)

Bon à savoir

Comment est fixé le prix des médicaments en France ?

Le Comité économique des produits de santé (CEPS) est l’organisme chargé de fixer le prix des médicaments pris en charge par l’Assurance Maladie. Il est sous la double tutelle du Ministère de la Santé et de celui de l’Économie : il doit prendre en compte le prix le plus avantageux pour les assurés mais aussi veiller à ce que l’approvisionnement soit suffisant. Les dépenses de santé sont fixées par l’Ondam (Objectif national des dépenses d’assurance maladie) et votées par le Parlement.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Ce webzine n’a pas vocation à traiter des sollicitations particulières.

Contactez l’Assurance Maladie :
  • par mail via votre compte ameli
  • par téléphone au 36 46 (tarif : service 0,06 € / min + prix appel)

  • Attention à vos données personnelles (numéro de sécurité sociale, nom, adresse….) ! Ne les diffusez pas sur Internet !

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *