broncho-pneumopathie chronique obstructive, BPCO
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Tabac et santé : la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO)

Maladie grave et méconnue, la BPCO se manifeste par une diminution progressive du souffle. Si elle est irréversible, il est cependant possible d’en limiter l’évolution. Le point avec une infirmière à la Cpam de Paris.

BPCO_01_cnamts, broncho-pneumopathie chronique obstructive

(c) CNAMTS

Qu’est-ce que la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) et comment l’identifier ?

La BPCO est une maladie qui bouche bronches et alvéoles pulmonaires et peut avoir de graves conséquences sur la santé. Elle apparait en règle générale chez des patients d’une quarantaine d’années. Dans 90% des cas, il s’agit de fumeurs. La BPCO se manifeste au travers de symptômes caractéristiques : toux régulière accompagnée de crachats, respiration sifflante, apparition d’essoufflement au moindre effort, bronchites répétées… Dès qu’une personne ressent ce type de gêne respiratoire, elle doit consulter rapidement son médecin traitant ou se rendre dans un centre médical pour effectuer un diagnostic. En effet, si la maladie est irréversible, son évolution peut être stoppée dès qu’elle a été identifiée. La BPCO n’est pas une pathologie nouvelle ; elle a cependant été longtemps assimilée à des bronchites chroniques, de l’emphysème ou de l’asthme. Or ces maladies ne se traitent pas de la même manière. Dans le cas de l’asthme par exemple, le malade peut retrouver sa capacité respiratoire d’origine, ce qui n’est pas le cas en présence d’une BPCO.

Comment s’effectue le diagnostic et quels sont les traitements ?

Pour diagnostiquer la BPCO, le médecin traitant interroge le patient et lui fait passer des tests comme la spirométrie. Ce test respiratoire consiste à mesurer la quantité d’air expiré en un temps donné et permet de détecter une éventuelle anomalie du souffle. Si les résultats ne sont pas bons, des examens plus approfondis sont menés par un pneumologue qui complète l’exploration fonctionnelle. Si une BPCO est diagnostiquée, la première mesure est l’arrêt du tabac. L’objectif est ensuite de faciliter la circulation de l’air dans les bronches abimées. Pour ce faire, des médicaments bronchodilatateurs (qui dilatent les bronches) peuvent être prescrits au malade. On lui conseillera également de pratiquer une activité physique régulière. Cela ne signifie pas forcément faire du sport : travailler dans son jardin, aller à pied chercher son pain peut avoir un rôle très bénéfique sur la capacité respiratoire.

Existe-t-il des dispositifs d’accompagnement pour les malades atteints de BPCO ?

L’Assurance Maladie propose des ateliers thérapeutiques afin d’aider les malades à mieux vivre au quotidien avec cette maladie. Dès que le diagnostic est établi, le patient est invité à y participer, sans aucune obligation. S’il accepte, il est d’abord reçu pour un entretien personnalisé d’une heure qui permet de définir ses habitudes de vie et ses objectifs par rapport à la maladie. Il peut ensuite participer aux quatre ateliers proposés : mieux connaître sa maladie, agir sur son suivi et son évolution, maintenir son activité au quotidien, parler du tabac et du sevrage tabagique. Les groupes sont volontairement restreints afin de favoriser l’échange entre malades. Les animateurs sont très à l’écoute et les accompagnent, les aident à accepter leur maladie. Par exemple, certains fumeurs considèrent comme normal le fait de tousser et d’être essoufflé. C’est bien sûr une erreur. Il ne faut pas négliger les symptômes pour pouvoir stopper la progression de la BPCO. Connaître et comprendre sa maladie est essentiel pour pouvoir la maîtriser !

Les symptômes de la BPCO

  • Essoufflement, respiration sifflante
  • Toux profonde, crachats
  • Bronchites régulières

Lire plus

>>> [ameli santé] Qu’est-ce que la BPCO ?

>>> Le site de l’association BPCO

Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*