Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Les bons gestes contre les allergies

Les allergies concernant 20 % des Français, qui consultent de plus en plus souvent les allergologues, spécialistes du traitement des allergies. Les comprendre pour pouvoir s’en prémunir, c’est par exemple connaître les bons gestes à adopter pour éviter la gêne due aux allergies. C’est aussi savoir quand consulter un médecin. Quand faut-il consulter un médecin ? Interview et conseils du Docteur Pierrick Hordé, allergologue.

Allergie

Quelles sont les allergies saisonnières les plus fréquentes à Paris ?

Pierrick Hordé – Les allergies aux pollens des arbres : noisetier et aulne à partir de janvier/février selon l’ensoleillement, puis le bouleau à partir de mars. Vers mai/juin, les allergies aux graminées.

Qu’est-ce qui les explique ?

PH – Beaucoup de bouleaux ont été plantés à l’époque sans connaitre leur pouvoir allergique. Le réchauffement climatique et la pollution sont également des cofacteurs importants. Les particules fines se fixent sur les grains de pollen et les emmènent dans les bronches. Ainsi, de nombreuses personnes sont gênées à Paris, contrairement aux idées reçues affirmant que les allergies surviennent plus souvent à la campagne.

Comment les éviter ou les atténuer ?

PH – En adoptant des mesures simples, surtout au moment des pics : se rincer les cheveux le soir, ne pas se frotter les yeux, ne pas pratiquer de sport à l’extérieur, aérer chez soi tôt le matin ou tard le soir, et éviter tous les facteurs aggravants comme le tabac, le chlore des piscines et les désodorisants.

Quand on n’a pas vu le médecin, il est possible de trouver des médicaments antihistaminiques sans ordonnance en pharmacie, en dépannage. Il est également conseillé de se laver le nez et les yeux au sérum physiologique régulièrement.

À Paris, existe-t-il des lieux à éviter en cas d’allergies ou des comportements à modifier ?

PH –D’une manière générale, il est important de se protéger plus que d’habitude en cas de pics de pollen et de pollution. Une personne allergique a tout intérêt à éviter de s’allonger dans une pelouse ou dans un parc le jour d’un pic de pollen. Les mamans sont également invitées à ne pas promener leurs enfants dans des poussettes trop près des voitures.

Quelles sources d’informations conseillez-vous pour surveiller les pics de pollens ?

PH – Le site du réseau national de surveillance aérobiologique, qui donne les prévisions de pollinisation et informe sur les pics de pollen. Sur Paris, un bulletin allergo-pollinique est également disponible.

Quels sont les bons gestes à adopter quand la crise est là ?

PH – Bien prendre son traitement et insister sur les gestes de prévention (aérer, se rincer les cheveux le soir, ne pas se frotter les yeux, etc.).

Quand décider d’aller consulter ?

PH – Il ne faut pas trop tarder à consulter car les symptômes s’aggravent généralement année après année. Le médecin prescrit un traitement approprié et oriente si nécessaire vers un allergologue qui réalisera un bilan. Il est important de noter que les traitements sont réalisés « à la carte » en fonction de l’intensité de l’allergie et de la période de l’année, et aussi de la situation du patient. Par exemple, des traitements adaptés peuvent être prescrits à quelqu’un qui passe des examens ou qui va se marier.

Chez l’enfant en particulier, il est important de ne pas attendre que l’allergie s’aggrave pour aller consulter, car elle risque de se compliquer, d’être suivie d’autres allergies, voire de dégénérer sous forme d’asthme.

Bon à savoir

Ce que prend en charge l’Assurance maladie

Il est conseillé de passer préalablement par son médecin traitant, pour se faire prescrire une consultation chez un allergologue afin de respecter le parcours de soins pour être remboursé selon les taux en vigueur. La consultation chez un allergologue, soit un médecin spécialiste, est prise en charge à 70 % par la Sécurité sociale (base du remboursement : 25 euros). À noter que les praticiens de secteur 1 ne font pas de dépassements d’honoraires (une consultation coûte 23 euros chez un médecin généraliste, 25 euros chez un spécialiste ; les actes pratiqués par l’allergologue sont remboursés selon la classification commune des actes médicaux (CCAM) en dermato-allergologie). Les allergologues de secteur 2 sont en honoraires libres, ils peuvent donc pratiquer des dépassements d’honoraires.

Vous pouvez trouver les adresses, les actes pratiqués, les tarifs moyens sur l'annuaire santé d'ameli, l'annuaire des professionnels de santé et des établissements de soins.

Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Un commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*