Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Croc’futé sur les bancs de l’école Küss

CrocFuté_Calepin2012-2013_CouvCroc’futé, programme d’éducation nutritionnelle, est présent dans les écoles depuis 2003. L’école polyvalente Küss dans le 13e arrondissement participe à ce programme depuis son lancement. Pierrick Busseuil, le directeur, fait partager son expérience pédagogique.

Croc’futé à l’école, quelles sont les actions concrètes menées par le corps enseignant ?
Le programme est une proposition pédagogique à destination des enseignants. Il est intégré dans le cursus. Il ne s’agit pas d’un travail supplémentaire, mais de mise à disposition d’outils pour aider l’enseignant dans cet apprentissage. Le fait que le programme soit suivi sur plusieurs sections fédère et permet d’assurer une continuité jusqu’à l’entrée au CP. Croc’futé est souple, peut s’adapter à toutes les sections, petite, moyenne ou grande,  et instaurer de véritables rituels dans les classes autour des fruits et des légumes.

Comment les familles s’impliquent-elles ?
Le canal école-familles est au cœur du programme. Il aide à créer du lien. Le « calepin » permet d’échanger avec les parents. L’enfant est un acteur de la prévention. Il rentre chez lui avec des idées et des goûts et les partage avec ses proches. Ce qui est important c’est que cela ne soit  pas culpabilisant pour les parents. Il s’agit d’installer un dialogue et de proposer des gestes simples, par exemple pour certains achats primeurs. Les retours des parents sont plutôt positifs. On peut l’évaluer lors des événements que l’on organise dans le quartier, comme la « salade de fruits géante ». La convivialité est aussi favorisée, autant que la responsabilisation des acteurs. La sensibilisation se poursuit dans le jardin pédagogique, un travail complémentaire autour de la biologie végétale.

Les enfants sont-ils sensibles à Croc’futé ?
Les enfants apprécient de toucher les fruits. Tous les sens sont en éveil et la connaissance vient compléter le vécu sensoriel. Savoir exprimer ses goûts, c’est un apprentissage important. Les élèves capitalisent du vocabulaire, un plus pour le passage au CP. Les enfants sont curieux et ils sont accompagnés dans ces expériences, ce qui les rassure et les encourage.

Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*