association laVita
Points clés
  • Le suicide et les comportements suicidaires restent une préoccupation majeure en France : près 10 000 décès par an, et plus de 200 000 tentatives de suicide.
  • A Paris, l’association laVita a mis en place un dispositif de bilan et de suivi psychologique pour les 15-25 ans.
  • Elle travaille en partenariat avec la Cpam de Paris et avec de nombreuses associations et structures ; elle favorise le lien avec les professionnels de santé.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Agir pour la prévention du suicide chez les jeunes

En France, près de 10 000 personnes se donnent la mort chaque année. Pour prévenir les conduites suicidaires, la Cpam de Paris met en place certaines actions : un partenariat a été instauré avec l’association laVita, pour agir auprès des jeunes.

suicide, adolescente, mal-être

La jeunesse, une population fragile face au suicide

Près 10 000 décès par an, et plus de 200 000 tentatives de suicide, dont 40 000 chez les 15/25 ans : les chiffres relevés en février 2016  par l’Observatoire national du suicide (ONS) sont éloquents. Ils montrent que les comportements suicidaires sont toujours une préoccupation majeure en France. L’un des rôles de l’ONS, créé en 2013, est d’ailleurs de mieux comprendre les conduites suicidaires pour les prévenir.

L’Île-de-France est tout aussi concernée, même si la région est moins touchée que d’autres régions françaises. Les  derniers chiffres du CépiDc, centre d’épidémiologie sur les causes médicales décès, relevaient 903 décès par suicide en 2012. Et si les 45-54 ans sont les classes d’âges les plus frappées, les jeunes restent une population fragile.

Un suivi psychologique des jeunes avec l’association laVita

Fondée en 2016, l’association laVita se tourne justement vers les 15-25 ans. « Les jeunes amenés à être orientés vers laVita sont des personnes vulnérables, qui peuvent être dans des comportements à risque, qui ont déjà fait des tentatives de suicide ou qui sont dans un mal-être important », explique Guy Benamozig, psychanalyste- psychothérapeute, docteur en anthropologie, à l’initiative du dispositif.

L’association reçoit des jeunes de tous horizons, adressés par les missions locales de Paris et d’Île-de-France, par les services des urgences de l’AP/HP, les associations partenaires, les professionnels de santé ou encore les associations de prévention. « De nombreux jeunes ne veulent pas se rendre dans les centre médico-psychologique (CMP) parce qu’ils ne sont pas informés de leur existence, ont peur d’être stigmatisés, et les délais d’attente sont de plusieurs mois », souligne le spécialiste. « Ce que nous proposons, c’est un accueil en cabinet privé dans un cadre non stigmatisant, en assurant une continuité des soins avec le même psychologue référent. »

Le dispositif laVita : un bilan psychologique, un suivi et du lien

L’association déploie son action sur plusieurs axes. D’abord, un accueil gratuit et immédiat : c’est important pour ne pas mettre de barrières financières ou de délais. Ensuite, un bilan psychologique, qui permet aussi de ne pas passer à côté d’une éventuelle pathologie psychiatrique. Enfin, la prise en charge par un psychologue psychothérapeute de proximité, qui exerce en cabinet libéral.  « Tout jeune accueilli est évalué et « bilanté » par un psychologue bilanteur qui va pouvoir aider le jeune à mettre des mots sur sa souffrance. (…) Un compte-rendu oral est fait au jeune, et s’il en est d’accord, un compte rendu est communiqué aux parents sans le jeune », détaille Guy Benamozig.

Autre point important pour l’association : un lien avec les professionnels de santé. Les jeunes sont généralement adressés à laVita par une association ou une structure partenaire, mais doivent obligatoirement avoir une prescription médicale. « Celle-ci permet une accroche avec le médecin référent du jeune ou de la famille, que ce soit un généraliste, une gynécologue, un dermatologue… Les maisons de santé de proximité peuvent également être dans la boucle des prescripteurs  », note Guy Benamozig. Pour le psychanalyste qui exerce depuis 30 ans avec des personnes de tous horizons, ces différentes étapes et le dispositif permettent un cadre moins anxiogène et à terme, extrêmement positif. « On sait que beaucoup de jeunes n’arrivent pas à parler d’eux-mêmes, or cela aide énormément ces jeunes à se comprendre lorsqu’ils sont accompagnés : s’exprimer dans un lieu adapté permet de structurer sa pensée, de s’éloigner de l’ignorance, de conscientiser

Bon à savoir

L’association laVita, en plein développement depuis 2016

L’association laVita a mis en place un processus d’accompagnement psychologique des jeunes. Le dispositif a été lancé en janvier 2016, et continue de se développer en lien avec la Cpam de Paris et avec plusieurs associations et structures. Une vingtaine de jeunes est actuellement suivie. Pour aider les professionnels de terrain à mieux repérer les adolescents en mal-être ou qui ont des comportements à risque, l’association organise aussi des ateliers de sensibilisation et d’échange, notamment à la Cité des Sciences et de la Santé. Les ateliers peuvent être déclinés pour les grandes entreprises afin d’ouvrir le dispositif aux enfants des salariés. LaVita privilégie le remboursement des psychothérapies des psychologues pour tous les jeunes de 15 à 25 ans pris en charge psychologiquement par le dispositif.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*