tabagisme passif
Points clés
  • Le tabagisme passif a des conséquences graves sur la santé et provoque plus de 1 100 décès en France chaque année.
  • Quelques minutes d’exposition à la fumée de cigarette, de pipe ou de cigare peuvent être nocives pour la santé d’un non-fumeur.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Le tabagisme passif : attention danger !

tabagisme passifLe tabac est le compagnon quotidien de près de 13 millions et demi de Français. Si les risques liés au tabac pour les fumeurs sont importants, ceux pour les non-fumeurs qui subissent la fumée sont tout aussi dangereux pour la santé. La fumée d’une cigarette, d’une pipe ou d’un cigare contient des substances nocives même à petites doses : une exposition minime peut déclencher ou aggraver une pathologie.

Qui est concerné ?

La fumée de tabac contient de nombreux éléments chimiques dangereux pour la santé. Nicotine, goudron, monoxyde de carbone, formaldéhyde… Ils sont inhalés par le fumeur, mais également par son entourage (fumées secondaires). C’est ce qu’on appelle le tabagisme passif.

Plus des trois quarts des personnes se disent gênées par la fumée des autres. Au-delà de la gêne, les risques pour la santé liés au tabagisme passif restent largement sous-estimés : les non-fumeurs sont seulement 15 % à craindre, pour eux-mêmes, les maladies liées au tabac.

C’est particulièrement dangereux dans la mesure où il n’existe pas de seuil minimum d’exposition sans risque. Inhaler les fumées, même quelques minutes, peut avoir des conséquences graves sur la santé : les substances toxiques restent présentes dans l’air longtemps, même après que l’odeur se soit dissipée.

Adultes comme enfants sont concernés. Le tabagisme passif touche aussi les fœtus, que la mère soit fumeuse ou elle-même exposée à la fumée.

Des risques importants pour la santé

Selon Santé publique France – Institut de veille sanitaire (InVS), 1 100 décès en France sont imputés chaque année au tabagisme passif. Il augmente de 27 % le risque de cardiopathie ischémique (infarctus du myocarde), et multiplie le risque de cancer du poumon par 1,2. Lorsqu’un non-fumeur est exposé plus de 21 heures par semaine à la fumée, ce risque est même augmenté de 60 %.

Le tabagisme passif peut aussi aggraver des pathologies existantes. Chez les enfants, cela peut entraîner des rhinopharyngites et des otites plus fréquentes, augmenter le risque d’asthme et d’infections respiratoires. Le danger est réel pour le fœtus : fausses couches, grossesse extra-utérine, accouchement prématuré… ainsi que pour le bébé (mort subite du nourrisson).

Dans des proportions moindres mais néanmoins incommodantes, les fumées et les substances nocives irritent les yeux, le nez et la gorge.

Se protéger contre le tabagisme passif

Il est essentiel que les fumeurs protègent leur entourage. La meilleure mesure est bien sûr d’arrêter de fumer. Il existe pour cela des accompagnements spécifiques. Il faut également respecter l’interdiction de fumer dans les lieux publics, et éviter de fumer à proximité de femmes enceintes ou d’enfants. En règle générale, fumer dans des endroits fermés (habitation, voiture) n’est pas recommandé.

Pour les non-fumeurs, il s’agit d’éviter les atmosphères enfumées, notamment dans le cadre privé (chez soi par exemple), et de demander aux personnes de son entourage de fumer dehors. Seuls les lieux entièrement sans fumée protègent du tabagisme passif.

Bon à savoir

tabagisme passifTabac et lieux publics : ce que dit la loi

Depuis le 1er février 2007, il est interdit de fumer dans les lieux collectifs fermés ou couverts, et qui accueillent du public. Cela comprend le lieu de travail, les transports collectifs, et tous les établissements qui accueillent des mineurs. Cette interdiction a été étendue aux cafés, hôtels, restaurants et discothèques en janvier 2008. L’infraction est sanctionnée par une amende que ce soit une personne ou un établissement qui ne respecte pas les normes en vigueur. Ces interdictions sont indispensables pour protéger les non-fumeurs et limiter les effets nocifs de la fumée.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Un commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*