Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

ROR : deux vaccins pour le protéger contre trois maladies

vaccin contre la rougeole,oreillons,rubole, RORPris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie pour les enfants et les jeunes jusqu’à 17 ans, le vaccin ROR est recommandé à tous les enfants dès l’âge de 12 mois. Si la rougeole, les oreillons et la rubéole sont des maladies très contagieuses mais généralement bénignes, elles peuvent dans certains cas avoir des complications graves. Un vaccin combiné trivalent permet de se protéger contre les trois maladies.

ROR pour rougeole, oreillons, rubéole

La rougeole, les oreillons et la rubéole sont trois affections causées par des virus. Elles sont très contagieuses et se transmettent essentiellement par voie aérienne, c’est-à-dire la toux et les éternuements. Ces trois maladies peuvent avoir de graves complications, notamment chez l’enfant. La pneumonie, la méningite, la surdité et la stérilité (chez le garçon) font partie des complications les plus souvent observées. À titre d’exemple, 24 000 cas de rougeole ont été signalés entre 2008 et juillet 2015, dont 1 500 cas de pneumopathie grave et 10 décès (source : Inpes et Institut national de veille sanitaire).

Vaccin ROR pour les enfants : deux injections suffisent

La vaccination contre la rougeole, la rubéole et les oreillons est fortement recommandée pour se protéger soi, et protéger les tout-petits des graves complications de ces maladies. Contrairement aux vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP) qui sont obligatoires pour tous les enfants, la vaccination ROR n’est pas obligatoire, mais recommandée par les autorités.

Chez les enfants, seulement deux injections suffisent pour se prémunir contre la rougeole, les oreillons et la rubéole : une première injection à l’âge de 12 mois, et une seconde entre 16 et 18 mois. Faire vacciner son enfant dès le plus jeune âge lui assure une protection contre ces trois maladies tout au long de sa vie. Pour se faire vacciner ou faire vacciner son enfant, il faut avoir une prescription médicale spécifique pour obtenir le vaccin en pharmacie (à conserver à l’abri de la lumière et au réfrigérateur jusqu’au moment de l’injection). Ensuite, pour l’injection, il suffit de s’adresser à votre médecin traitant, au pédiatre de l’enfant, ou à une sage-femme. Les enfants de moins de 7 ans peuvent être vaccinés dans un centre de protection maternelle et infantile (PMI).

Un calendrier vaccinal plus simple et moins contraignant

Le vaccin ROR fait partie des recommandations inscrites dans le calendrier vaccinal, comme les vaccins contre la coqueluche ou l’hépatite B par exemple.

Aujourd’hui, le calendrier des vaccinations est simplifié et moins contraignant pour les enfants et leurs parents. Depuis 2013, le calendrier des vaccinations préconise deux injections au lieu de trois pour le vaccin ROR.

INPES-carte-calendrier-vaccination-2015En cas de retard ou d’oubli, le médecin traitant administre la ou les doses manquantes selon l’âge de l’enfant et les recommandations en vigueur. Prenez conseil auprès de votre médecin traitant et n’oubliez pas de mettre à jour votre carnet de vaccination et celui de votre enfant.

Le ROR, un vaccin bien toléré

Gare aux idées reçues : le vaccin ROR est dans la majorité des cas bien toléré, et ne provoque que de rares effets secondaires sans gravité. Comme tout médicament, le vaccin peut avoir des effets indésirables, connus et sous surveillance. Vous pouvez demander conseil et les contre-indications au professionnel de santé qui pratiquera l’injection.

Le vaccin ROR reste facile à trouver et ne souffre d’aucune pénurie.

Une prise en charge à 100% pour le vaccin ROR

Jusqu’à l’âge de 17 ans inclus, le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole est pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie. Au-delà, le vaccin ROR est pris en charge à hauteur de 65%.

À noter que la gratuité ne concerne que le vaccin et non l’acte d’injection qui est pris en charge dans les conditions habituelles.

 

 

Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Un commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*