Points clés
  • Une contraception régulière permet d’éviter les grossesses non désirées, mais seuls les préservatifs protègent des infections sexuellement transmissibles.
  • Il est indispensable de consulter un professionnel de santé (médecin ou gynécologue) ou une sage-femme pour se faire prescrire un contraceptif régulier.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

La prescription d’une contraception régulière

Diffrentes contraceptionsEn matière de contraception le choix est assez large pour qu’il ne soit pas si facile d’opter pour un moyen plus pour un autre. Pilule, stérilet, anneau, implant, patch, diaphragme, spermicides, dispositif intra-utérin ou stérilet… Les méthodes de contraception sont aujourd’hui nombreuses et accessibles. Choisir sa contraception régulière dépend de son mode de vie et de son âge, entre autres facteurs.

La contraception rime avec protection et prévention

La contraception reste le meilleur moyen de se prémunir d’une grossesse non désirée. Il n’existe pas une contraception idéale pour toutes les femmes, chacune doit la choisir selon des critères personnels, car une adolescente, une jeune mère ou une femme approchant la ménopause n’ont pas les mêmes besoins. Chaque contraception ayant ses avantages et ses inconvénients, le choix dépend de l’âge, du type de sexualité, du mode de vie… Le mieux est d’en parler et de s’informer auprès d’un médecin, mais aussi dans les centres de planning familial, chez le pharmacien ou bien encore au Centre régional d’information et de prévention du sida (CRIPS).

Si la contraception permet de maîtriser sa fertilité, en revanche, seul le préservatif, masculin ou féminin, permet de se prémunir des infections sexuellement transmissibles. Pour une efficacité maximale, il est possible d’avoir recours à la double protection : un préservatif et la pilule, par exemple. Les couples souhaitant se passer de préservatif sont invités à se rendre dans un centre de dépistage pour faire une prise de sang ou à utiliser un autotest VIH® pour obtenir un premier résultat.

Le site choisirsacontraception.fr propose un tableau récapitulatif selon des critères d’efficacité, de contraintes, de prix, de composition, pour choisir la contraception la plus adaptée à sa situation.

>>> PDF récapitulatif des différentes méthodes contraceptives

Consulter un médecin, l’étape indispensable

Les méthodes contraceptives n’étant pas universelles, mieux vaut se référer à un professionnel plutôt qu’appliquer des moyens qui ont surtout fait la preuve de leur inefficacité. Bonne nouvelle pour celles qui ont peur d’oublier la pilule tous les jours : il y a pléthore de méthodes. Pour choisir la bonne contraception régulière, rien de tel qu’une consultation avec un professionnel de santé : il vous aidera à peser les pour et les contre, et à trouver le moyen qui correspond le mieux à vos besoins et à votre mode de vie. Un point d’autant plus important qu’une contraception adaptée rime avant tout avec efficacité. Et cet échange avec le professionnel de santé peut aussi être l’occasion d’aborder des questions liées au corps de la femme, les contraceptifs étant directement liés au cycle menstruel.

Consulter un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme, c’est aussi l’assurance de bénéficier d’un avis médical selon les différents moyens de contraception (méthodes hormonales, locales, naturelles, non réversibles). Le professionnel de santé vérifie les éventuelles contre-indications (hypertension, troubles de la coagulation) et prescrit une contraception régulière en fonction de l’état de santé de sa patiente après un examen clinique et gynécologique.

Bon à savoir : s’il est indispensable de prendre rendez-vous avec un médecin ou une sage-femme pour une prescription, il faut également savoir qu’un pharmacien a la possibilité de renouveler une ordonnance de pilule pour 6 mois maximum.

Bon à savoir

Le remboursement de la contraception

Certains contraceptifs sont pris en charge par l’Assurance Maladie, d’autres non. Seules certaines pilules, les implants, les stérilets et les diaphragmes sont remboursés. Les jeunes filles mineures de plus de 15 ans bénéficient de mesures spécifiques qui leur facilitent l’accès à la contraception, notamment la délivrance en pharmacie sans avance de frais. En savoir plus sur ameli.fr
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Un commentaire pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*