Mois sans tabac, stop tabac
Points clés
  • Le mois de novembre 2016 sera sans tabac, partout en France. « Moi(s) sans tabac » est une opération de sensibilisation aux dangers du tabac, pour inciter les fumeurs à en finir avec la cigarette.
  • Cette campagne nationale d’aide à l’arrêt du tabac est le premier événement fédérateur initié en France pour lutter contre le tabagisme.
  • Ce mouvement réunit de nombreux acteurs publics, privés nationaux et régionaux qui s’impliquent sur le terrain, de manière collective ou individuelle.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

« Moi(s) sans tabac » : un défi collectif pour arrêter de fumer

30 jours. C’est la durée qui multiplie par 5 les chances d’arrêter de fumer définitivement selon le ministère de la santé. Pour aider les fumeurs à dire stop, le premier mois sans tabac est lancé dans toute la France. Les fumeurs souhaitant participer retirent leur « kit d’aide à l’arrêt » en pharmacie ou le téléchargent sur le site Internet Tabac info service. Lancement de l’opération collective de soutien à partir du 1er novembre.

Intérêt de santé publique : mois sans tabac

En France, plus de 13 millions de personnes fument quotidiennement. Le tabac est une source majeure de cancers, de pathologies graves. Il tue 78 000 personnes chaque année. Ces risques sont connus des fumeurs et 60 % d’entre eux souhaitent arrêter. Mais seulement 5% des fumeurs qui arrêtent seuls y parviennent.

De ce constat est né « Moi(s) sans tabac », lancé par le ministère des Affaires sociales et de la Santé, en partenariat avec Santé publique France et l’Assurance Maladie.

Inspiré de Stoptober qui existe outre-Manche depuis 2012, « Moi(s) sans tabac » valorise la tentative d’arrêt du tabac en s’appuyant sur des valeurs positives de défi collectif. Le principe de cette opération est d’inciter un maximum de fumeurs à arrêter pendant au moins 30 jours ; des études ont en effet montré qu’au-delà̀ de ce délai d’abstinence, les chances de rester non-fumeur de manière permanente sont multipliées par 5.

Spot de la campagne « Moi(s) sans tabac »

Des outils gratuits pour accompagner les participants

Pour accompagner les fumeurs, trois outils sont mis à disposition gratuitement : le site Internet Tabac info service, l’application mobile Tabac Info Service, la ligne téléphonique 39 89 (service gratuit + prix appel).

Il est aussi possible de retirer gratuitement dans les pharmacies un kit d’aide à l’arrêt, comprenant notamment une brochure de préparation, un agenda de 30 jours avec des conseils quotidiens, un disque pour calculer leurs économies.

En complément, participants et supporters peuvent se retrouver sur Facebook, Instagram, Twitter afin de partager leurs expériences et trouver du soutien.

Nouvelle version de l’application Tabac Info ServiceAppli-Tabac-Info-service_2

La Caisse nationale d’Assurance Maladie des travailleurs salariés (Cnamts) et Santé publique France, avec l’appui de la Société francophone de tabacologie, ont conçu une nouvelle version de l’application Tabac info service.

L’ensemble des modules est personnalisable selon les besoins de l’utilisateur. Il retrouve les options selon ses motivations, sa dépendance, sa situation vis-à-vis du tabac. Selon les activités proposées, il reçoit des notifications qui accompagnent, conseillent et soutiennent l’utilisateur dans sa démarche d’arrêt du tabac.

>>> Application mobile à télécharger gratuitement (appleandroid)

 

Une présence active sur le terrain

Tout au long du mois de novembre, des manifestations de soutien individuelles ou collectives sont prévues pour accompagner les participants à l’arrêt et pour exprimer l’engagement.

Consultations d’arrêt du tabac, ateliers collectifs de suivi de l’arrêt du tabac, tout est mis en place pour que les participants soient encouragés et restent motivés. Ces actions prennent également la forme de défis sportifs ou d’événements culturels.

« Courage aux participants, tout le monde est derrière vous ! », la Cpam de Paris aussi. En effet, les sites d’accueil de l’Assurance Maladie de Paris sont aussi engagés. Les assurés sont invités à s’inscrire sur le site «Tabac info service », télécharger l’appli, ou à contacter le 3989 (service gratuit + prix appel).
Le centre médical Réaumur, le service des examens de santé ainsi que l’IPC16 (centre d’Investigations Préventives et Cliniques du 16e arrondissement de Paris) planifient des ateliers collectifs d’arrêt du tabac durant tout le mois de novembre afin de soutenir dans cette démarche les publics les plus fragilisés socialement.
>>> Pour connaître le programme des événements dans sa région

Bon à savoir

Prise en charge des substituts nicotiniques par l’Assurance Maladie

Le traitement de substitution nicotinique vise à diminuer l'envie de fumer et à réduire les symptômes de manque dus au sevrage tabagique. L'Assurance Maladie prend en charge, les traitements par substituts nicotiniques (patch, gomme, pastille, inhalateur...) à hauteur de 50 € par année civile et par bénéficiaire. Ce montant est de 150 € pour les femmes enceintes, les jeunes de 20 à 30 ans, les bénéficiaires de la CMU complémentaire (CMUC) et les patients en affection de longue durée (ALD) pour cancer. Pour bénéficier de cette prise en charge, les substituts doivent être prescrits par le médecin sur une ordonnance à part. L’avance des frais (tiers payant) n’étant pas prévue dans le cadre de ce dispositif, le règlement se fait directement auprès du pharmacien qui transmet la feuille de soins à la Caisse primaire d’Assurance Maladie. Certaines mutuelles remboursent la part complémentaire pour les substituts nicotiniques. Contactez votre complémentaire santé pour connaître les modalités liées au contrat souscrit. En savoir plus
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

2 commentaires pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*