sevrage, tabac
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Se faire aider pour arrêter le tabac

Les dispositifs pour inciter les fumeurs à arrêter le tabac sont nombreux. L’Assurance Maladie propose différentes stratégies contre le tabagisme, de la prévention à des ateliers de sevrage. Rencontre avec Harvey Gamble, médecin de santé publique qui nous explique comment fonctionnent les ateliers.

arrêter le tabac, tabagisme

La première cause de mortalité évitable en France

La mention « Fumer tue » sur les paquets de cigarette est indéniable : un fumeur régulier sur deux mourra d’une maladie liée au tabac. C’est pourquoi la lutte contre le tabagisme est une priorité de santé publique. Les bénéfices du sevrage sont visibles rapidement dès la dernière cigarette. Mais l’arrêt du tabac n’est pas toujours facile et les professionnels de santé sont sollicités pour aider les fumeurs  dans leur démarche. Et ça fonctionne ! La Haute Autorité de Santé (HAS) rappelle qu’un fumeur a 80% plus de chance d’arrêter le tabac lorsqu’il est suivi par un médecin.

Concrètement, l’Assurance Maladie de Paris a développé des ateliers autour de la dépendance au tabac, permettant  des échanges en petit groupe pour arrêter le tabac. Ces prises de parole permettent de mieux cerner le comportement du fumeur pour proposer des solutions adaptées.

Des ateliers contre l’addiction au tabac

Harvey Gamble : « C’est un groupe de 6 à 10 personnes invitées pour s’exprimer dans un ambiance sans jugement sur leur relation avec le tabac. Les thèmes principaux sont la motivation pour arrêter de fumer et une évaluation de la dépendance.

Chaque individu et chaque groupe est unique, le contenu de l’atelier est adapté aux questions posées par les participants. Le but de l’atelier est que chaque participant soit capable de se fixer un objectif vers l’arrêt du tabac, et que cet objectif soit fondé sur les méthodes validées ».

En 2016, 81 assuré(e)s ont participé à un atelier à Paris, dont 19 pendant le mois de novembre, le moi(s) sans tabac.

Un groupe constitué à l’issue des examens de santé

Harvey Gamble : « Les fumeuses et fumeurs intéressés et disponibles pour participer à un atelier sur le tabac sont repérés au cours de leur examen périodique de santé dans les Centres d’examens de santé de la Cpam de Paris. Au cours de l’examen de santé, le sujet du tabac est systématiquement évoqué. La plupart des fumeurs qui participent aux ateliers ont déjà fait plusieurs tentatives pour arrêter de fumer, sans y parvenir définitivement. Il existe aussi un petit groupe de gens qui se déclare ambivalent ou sceptique. Les participants manifestent de la curiosité pour entendre les expériences des autres.

L’atelier dure deux heures. Le rythme est dicté par le groupe. Dix minutes avant la fin de l’atelier, je résume la discussion et présente l’aide et l’accompagnement disponibles pour l’arrêt du tabac. »

Les méthodes proposées pour arrêter le tabac

Harvey Gamble : « Seules les méthodes pour lesquelles il existe une preuve d’efficacité sont proposées. Ces méthodes incluent les traitements de substituts nicotiniques (dermiques ou buccaux) et un accompagnement par un professionnel de santé (tabacologue, infirmière, infirmier, médecin traitant, sage-femme, chirurgien-dentiste…). Nous avons souvent l’occasion de parler de méthodes pour lesquelles des preuves d’efficacité n’existent pas aujourd’hui (acupuncture, hypnose, guérisseurs, phytothérapie, homéopathie, magie). 

Selon la littérature scientifique, le dispositif le plus efficace pour l’arrêt du tabac est la combinaison d’un traitement de substitution nicotinique avec un accompagnement par un professionnel de santé. »

Prise en charge des substituts nicotiniques par l’Assurance Maladie

Le traitement de substitution nicotinique vise à diminuer l’envie de fumer et à réduire les symptômes de manque dus au sevrage tabagique. L’Assurance Maladie prend en charge, les traitements par substituts nicotiniques (patch, gomme, pastille, inhalateur…) à hauteur de 150 € par année civile et par bénéficiaire. Pour bénéficier de cette prise en charge, les substituts doivent être prescrits par le médecin sur une ordonnance à part. L’avance des frais (tiers payant) n’étant pas prévue dans le cadre de ce dispositif, le règlement se fait directement auprès du pharmacien qui transmet la feuille de soins à la Caisse primaire d’Assurance Maladie. Certaines mutuelles remboursent la part complémentaire pour les substituts nicotiniques. Contactez votre complémentaire santé pour connaître les modalités liées au contrat souscrit. En savoir plus

Bon à savoir

tabac, substituts nicotiniquesTabac info service : un accompagnement 100% personnalisé pour arrêter le tabac

Cette application téléchargeable gratuitement sur votre téléphone devient indispensable pour éviter les rechutes et réussir le sevrage. Il est possible de personnaliser le coaching, selon les motivations mais aussi en fonction des inquiétudes et des habitudes de vie du futur ancien fumeur. Dans les moments difficiles où l’envie de fumer revient, il existe plusieurs solutions : de la vidéo de soutien au mini-jeu en passant par l’appel à un tabacologue. Les proches peuvent laisser des messages de soutien. L’application propose non seulement de suivre l’évolution du poids mais aussi les économies faites avec l’arrêt de l’achat de cigarettes. Tabac info service complète tous les dispositifs proposés pour l’arrêt du tabac et suit partout la personne qui a décidé de ne plus fumer.
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*