médicaments génériques, franchise médicale
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Ayez le bon réflexe : choisissez les médicaments génériques

Moins chers et tout aussi efficaces que les médicaments de marque, les médicaments génériques séduisent de plus en plus et font faire des économies à notre système de santé. Laïla Manar de la Cpam de Paris nous explique pourquoi il faut les accepter.

 les médicaments génériquesC’est un choix gagnant-gagnant. En acceptant un médicament générique lorsque votre médecin vous le prescrit ou que votre pharmacien vous le propose, vous faites des économies et préservez dans le même temps les ressources de l’Assurance Maladie. Les médicaments génériques soignent aussi bien que les originaux. « Ils sont de même qualité que les médicaments de marque, contiennent les mêmes principes actifs et sont composés des mêmes molécules » précise Laïla Manar de la Cpam de Paris. Ils bénéficient aussi des mêmes taux de remboursement que les médicaments de marque. Pourtant ils présentent une différence de taille : leur coût. Les médicaments génériques sont en moyenne 40 % moins cher que leur modèle, appelé aussi princeps. Conséquence : ils font faire des économies à notre système de santé. Aujourd’hui ces arguments commencent à bien porter leurs fruits. « À Paris, le médicament générique gagne de plus en plus de terrain : le taux de substitution est de 79,3% en septembre », avance Laïla Manar. Un pourcentage qui ne cesse d’augmenter et qui  ̶  à l’échelle nationale  ̶   a permis de réaliser 1,6 milliards d’euros d’économie sur les remboursements en 2013.

S’ils sont aussi efficaces et performants, pourquoi les médicaments génériques sont-ils moins chers ?

Lorsqu’un médicament est créé, il est généralement protégé par un brevet pendant 20 ans. Au-delà de cette période, il tombe dans le domaine public. D’autres laboratoires pharmaceutiques peuvent donc les fabriquer et les commercialiser. Mais ils n’ont alors pas de frais de recherche et de développement à assumer ce qui explique que les médicaments génériques soient beaucoup moins chers que les médicaments originaux. « Ce ne sont ni des médicaments au rabais, ni low cost, rappelle Laïla Manar. Ils sont soumis aux mêmes processus de contrôle et de sécurité et sont par conséquent aussi sûrs ». Leurs couleurs, leurs goûts ou leurs formes peuvent être différents mais ils n’ont aucun impact sur l’effet thérapeutique.

Un médicament générique est souvent baptisé du nom du principe actif, la substance qui lui donne ses propriétés : paracétamol pour les douleurs et les fièvres, amoxicilline, un antibiotique, atorvastatine utilisée pour traiter le cholestérol.

Liens utiles

En savoir +

[Inspection générale des Affaires sociales – Igas] Évaluation de la politique française des médicaments génériques – rapport 2012

 

Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

40 commentaires pour cet article

  • Bonjour,
    En préalable, je suis totalement acquis à la nécessité du générique pour conserver notre système de santé.

    Mais, rendu chez le pharmacien, comment puis-je savoir qu’il existe un générique correspondant à la prescription du médecin sachant :
    – qu’il me donne ce qu’il veut la plupart du temps,
    – que je ne connais pas les médicaments, surtout les molécules actives
    – qu’il m’est difficile de refuser les médicaments proposés ?

    Merci par avance pour votre réponse.

    • Bonjour,

      Lorsque votre médecin vous prescrit un médicament de marque (médicament princeps) sans s’opposer à la substitution, le pharmacien doit vous proposer la délivrance du médicament générique correspondant. Vous pouvez refuser sa délivrance, cependant vous devrez faire l’avance de frais et remplir la feuille de soins que le pharmacien vous fournira puis l’envoyer à votre Caisse d’affiliation avant d’être remboursé.

      En tant que patient vous ne pouvez effectivement pas connaître tous les principes actifs des médicaments ni les génériques, mais le pharmacien peut vous apporter les informations nécessaires dans le domaine.

      Bonne journée.

    • Je suis d’accord pour que la CPAM fasse des économies, c’est notre intérêt à tous.
      Je suis d’accord pour que l’on combatte ces préjugés négatifs concernant les génériques.
      Je tiens tout de même à préciser que quelquefois l’écart de prix n’est pas très important voire minime et il me semble naturel qui a investi beaucoup d’argent pour l’élaboration d’un médicament engrange retours sur investissement alors que le laboratoire qui a la formule toute trouvée, n’a plus qu’à fabriquer le produit mis au point par d’autres.
      Et c’est là où j’émets des réserves et observations.
      Beaucoup de pharmaciens chez lesquels j’ai fait le test m’ont donné sans me demander mon avis des génériques du laboratoire TEVA.
      Pourquoi?
      Ce laboratoire est un laboratoire israélien et il y a des laboratoires français ou européens qui fabriquent les mêmes génériques. Donc si un laboratoire français a mis au point un médicament, pourquoi financer des laboratoires étrangers avec l’argent de la CNPM et des malades.
      Est-ce que ce n’est pas scié la branche sur laquelle on est assis ?
      Est-ce que ces économies ne vont pas finalement nous coûter très chères ?
      Maintenant je change de sujet tout en restant dans le domaine des soi-disant économies.
      Je veux parler du déremboursement des médicaments qui sont très efficaces pour lutter contre l’arthrose : Glucosamine, chondroïtine et MSM.
      Ces molécules fonctionnent très bien et permettent de réelles économies en évitant les traitements qui soulagent sans guérir et qui sont très onéreux, tels que Kinésithérapeutes, infiltrations, interventions chirurgicales, cures … etc.
      Ces molécules ralentissent ou stoppent les effets ravageurs de l’arthrose ce qui fait que si vraiment après des années et des années il faut faire appel aux soins cités plus haut on pourra toujours y recourir, mais entre temps la CPAM aura fait beaucoup d’économies.
      Le déremboursement de ces médicaments est une fausse bonne idée qui ne fait pas faire d’économies et qui est de plus injuste.
      Pourquoi ? parce que une personne qui a travaillé toute sa vie, qui a versé des sommes conséquentes à la sécu, qui devenue senior doit souscrire une assurance complémentaire auprès d’une mutuelle se rtrouve lourdement pénalisée par ces déremboursements, car c’est sa mutuelle qui en profite et la personne renonce à aceter le médicaent et va se retrouver chez le kiné, à l’hôpital, en cure … etc voilà l’économie qui coûte beaucoup d’argent à tout le monde.

  • Au lieu de nous encourager à consommer des médicaments, fussent-ils moins chers, commencez donc à nous informer sur la santé et les quelques principes de base qui nous aident à la conserver : activité physique, nutrition, règles de vie au quotidien….
    Vous disposez à la fois de moyens exceptionnels et d’un auditoire qui attend ce discours d’espoir et d’action. Soyez initiateurs dans ce retour à votre mission : la « SANTÉ PUBLIQUE ».

    • Bonjour,

      L’article n’est pas destiné à encourager la consommation de médicaments. Sa vocation est d’informer les assurés sur l’intérêt de prendre des génériques qui sont moins chers et tout aussi efficaces que les médicaments de marque.
      Par ailleurs, le webzine Santé Pratique Paris présente, depuis sa création, des billets sur l’actualité des services proposés par la Cpam de Paris aux assurés, les usages, les bonnes pratiques, des conseils de prévention (dépistage, nutrition, activité physique, forums santé…), des témoignages et des avis de professionnels de la santé.

      Bonne journée.

  • pourquoi IRBESARTAN est moins bien supporté que APROVEL????merci de me répondre

    • Bonjour,

      Le webzine Santé Pratique Paris n’est pas un webzine médical, mais un espace d’information et de dialogue autour de la santé, sur ses aspects pratiques, de bien-être et de renseignements.
      Nous vous engageons à poser votre question à votre médecin traitant ou à votre pharmacien.

      Bonne journée.

  • Pourquoi ne marque t on pas le nom du princeps sur les génériques puisqu’ils sont dans le domaine public.cela éviterait bien des erreurs pour les aînés ,les pharmaciens oubliant bien souvent d’inscrire sur les boîtes le nom originel ? …..

    • Bonjour,

      Le droit des marques offre à l’entreprise qui a déposé le nom d’un médicament son monopole d’exploitation. Ceci signifie qu’une autre entreprise ne peut l’utiliser, sous peine d’encourir une action en justice pour contrefaçon. Ainsi le nom du médicament de marque ne peut être inscrit sur les boîtes de médicaments génériques correspondantes. En cas de besoin, demandez à votre pharmacien de vous préciser quel médicament générique correspond à celui prescrit.

      Bonne journée.

  • Bonjour,
    Je suis épileptique et je suis traitée avec du Lamictal 100 mg du laboratoire GlaxoSmithKline qui fonctionne très bien. Le pharmacien m’a donné le générique du laboratoire Mylan : comprimé non dispersible contrairement à ce qui est mentionné. Résultat je l’ai pas supporté. Je suis retourné voir mon neurologue qui a mentionné sur l’ordonnance NON SUBSITUABLE et m’a expliqué que quand on commence un traitement avec un médicament d’un laboratoire il ne FAUT PAS CHANGER. Tous les génériques ont la même molécule mais pas les mêmes excipients ce qui peut poser problème.

    • Bonjour,

      Effectivement, il revient au médecin d’indiquer son opposition à la substitution lorsque cela est nécessaire afin que le médicament prescrit vous soit bien délivré. Tel peut être le cas pour une allergie à un excipient contenu dans le médicament générique ou s’il ne correspond pas au mode particulier d’administration nécessaire à votre traitement.

      Bonne journée.

  • Mon médecin m’a dit que ses 3 fils sont pharmaciens et qu’ils contestent tout-à-fait que les médicaments génériques sont aussi efficaces que les princeps. En effet, d’après eux si les molécules sont bien les mêmes, c’est le processus de fabrication qui est en jeu. Les composants sont davantage chauffés et compressés ce qui altère leurs propriétés. De plus les excipients sont différents.

    • Bonjour,

      De la même façon que les médicaments d’origine, les médicaments génériques sont composés de deux éléments : Le(s) principe(s) actif(s) et les excipients. Si les excipients peuvent différer, le principe actif et le dosage doivent être identiques.
      Les médicaments génériques doivent répondre aux mêmes exigences d’efficacité, de qualité et de sécurité que les médicaments princeps.
      Les études de bioéquivalence permettent de s’assurer que le devenir du principe actif dans l’organisme (absorption, distribution, métabolisme et élimination) est superposable au médicament princeps. L’étude est réalisée chez des volontaires sains. Elle consiste à comparer, après administration du médicament générique ou du médicament princeps, la concentration plasmatique du produit actif.
      L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) inspecte environ 10 à 15 essais de bioéquivalence par an avec une stratégie d’inspection centrée sur les sites les plus à risque, ce qui conduit régulièrement à invalider les résultats des essais et à arrêter les procédures d’autorisation de mise sur le marché (AMM) des médicaments concernés.
      Des informations sont régulièrement échangées entre les autorités européennes sur les inspections réalisées et des programmes d’inspections coordonnés sont établis. L’ANSM participe au développement de contacts et d’échanges d’informations avec des autorités extra-européennes, en particulier nordaméricaines.
      Les excipients sont des substances sans aucune activité pharmacologique. Ils servent notamment à faire parvenir le principe actif dans l’organisme à l’endroit où il doit agir.

      Bonne journée.

  • Bonjour à tous ,
    j’utilise bcp les médicaments génériques et je suis toujours en vie , ces médicaments sont les mêmes à part que c’est le nom qui change , en tous les cas ils sont moins cher et c’est très bien.

  • L’excipient étant en général différent, l’absorption de la molécule active peut être différente : VRAI. Les laboratoires de générique font beaucoup de bénéfice mais pas de recherche qui coûte très cher : VRAI

    • deux fois j’ai eu un antibiotique générique qui ne m’a pas guéri maintenant je refuse le générique et je me porte mieux ;d’autre part ces génériques ne sont pas fabriqué en France et c’est l’argent de nos cotisations qui enrichi des pays ou beaucoup d’objets importés ont de très gros défauts :les médicaments feraient ils éxception je trouve assez triste que des laboratoires de fabrication ferment en France alors que nous avons beaucoup trop de chaumage !! si il n’y a plus de travail en France comment résorber le chaumage ??? et donner du travail à nos jeunes

  • Je suis favorable aux génériques dès leur apparition sur le marché et j’apprécie l’information à ce sujet
    Cependant, lorsqu’on voyage dans certains pays (USA par exemple), il leur arrive de nous demander l’ordonnance correspondant aux médicaments dans nos bagages et ils n’acceptent pas les génériques qu’ils considèrent non conformes à la prescription ; c’est très difficile de leur expliquer et ça se traduit souvent par la destruction des médicaments génériques
    Que faire!! Avez-vous une solution pour cette situation? Merci par avance de vos observations

  • ce n est pas vrai exemple comprime normal blanc quand au generique il double de volume plus une couleur ajoute par exemple le jaune autre lorsque l on demande un medecin conseil pour constat d un comprime déficient l on peut toujours attendre alors bandes de menteurs ne dites pas n importe quoi

    • Bonjour,

      Les médicaments génériques disposent de la même composition quantitative et qualitative en principe actif que le médicament de référence. Il s’agit d’une obligation et de la définition même d’un médicament générique précisée à l’article L. 5121-1 du code de la santé publique.
      Aucune obligation juridique ou technique n’exige une identité de la composition en composants dépourvus d’activité (les excipients). Les excipients sont des substances sans aucune activité pharmacologique. La composition en excipients peut donc être différente, à condition que celle-ci n’affecte pas la bioéquivalence. Néanmoins, le choix qualitatif et quantitatif des excipients entrant dans la formule générique doit toujours être justifié au regard de ceux de la spécialité de référence. Un médicament générique n’est donc pas toujours une copie conforme du médicament princeps, il peut donc en effet présenter un aspect différent, tant par la taille, la couleur, le goût ou la forme.

      Bonne journée.

  • Je ne suis pas du tout d’accord avec ce que vous écrivez.
    Les génériques ne sont pas les mêmes médicaments dans 90 % des cas sauf ceux peut-être fabriqués par le labo. d’origine.
    La matière première ou « principe actif » est souvent d’une qualité moindre, les excipients sont souvent différents dans les présentations sous formes de comprimés.
    La forme pharmaceutique compte également. Beaucoup de médicaments génériques sont souvent présentés sous forme de gélules. Donc économie pour le Labo.
    Un comprimé et une gélule n’ont pas obligatoirement le même effet dans l’organisme.

    Quant au prix certains génériques sont parfois au même prix, d’autres un peu moins chers car le nombre de gélules est souvent moindre (Tromperie ?)

    Les génériques sont de l’escroquerie mais doivent rapporter à certains ????

    Exemple : l’IBUPROFENE (Advil) est commercialisé par 11 labo. génériques.
    Vous trouvez cela normal ??
    J’ai des amies qui ont eu le même problème avec certains génériques, comme Madame Hélène De PERETTI.
    D’ailleurs les médicaments pour les maladies graves n’ont pas de génériques

    • Bonjour,

      Les médicaments génériques disposent de la même composition quantitative et qualitative en principe actif que le médicament de référence. Il s’agit d’une obligation et de la définition même d’un médicament générique précisée à l’article L. 5121-1 du code de la santé publique.
      Il doit par ailleurs démontrer sa bioéquivalence avec le médicament princeps, c’est-à-dire démontrer qu’il se comporte de la même manière dans l’organisme.
      Il peut présenter des différences, à condition qu’elles n’affectent pas la bioéquivalence du médicament générique par rapport au médicament de référence, seule garantie d’une activité thérapeutique et d’une sécurité identiques. En d’autres termes, ces différences ne doivent pas modifier la quantité et la vitesse auxquelles le principe actif est libéré dans l’organisme.
      Par ailleurs, l’autorisation de mise sur le marché des médicaments génériques repose sur la même méthode d’évaluation que celle appliquée à l’ensemble des médicaments par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Pour plus d’informations, vous pouvez vous reporter au site de l’ANSM, http://ansm.sante.fr

      Les excipients sont des substances sans aucune activité pharmacologique. Ils servent notamment à faire parvenir le principe actif dans l’organisme à l’endroit où il doit agir. Dans de rares cas, certains excipients peuvent être mal tolérés chez des patients sensibles (souvent allergiques ou présentant un syndrome d’intolérance particulier).
      Dans ce cas, l’excipient est considéré comme un excipient à effet notoire et sa présence nécessite des précautions d’emploi pour certaines catégories de patients en particulier. Néanmoins, la présence des excipients à effet notoire n’est pas spécifique aux médicaments génériques. Ils sont présents aussi bien dans les princeps que dans les génériques.
      La présence de ces excipients à effets notoires est signalée aux professionnels dans le répertoire des groupes génériques pour toutes les spécialités (génériques et princeps) qui en contiennent.
      Pour les patients ces excipients à effets notoires sont signalés dans la notice du médicament et dans certains cas sur son emballage.

      Le prix du médicament générique est en général moins élevé que celui du médicament de référence, le laboratoire pharmaceutique responsable de la commercialisation du médicament original ayant préalablement couvert l’ensemble des frais nécessaires à la recherche et au développement. La commercialisation de médicaments génériques répond à une nécessité économique. Pour avoir les moyens d’offrir à tous les patients la possibilité d’accéder aux nouveaux traitements et à l’innovation thérapeutique, il est nécessaire de payer moins cher les médicaments plus anciens. Depuis 10 ans, plus de 7 milliards d’euros ont été économisés en France grâce aux médicaments génériques. Dans le même temps de nouveaux traitements sont apparus, pour les pathologies graves comme les cancers notamment, souvent très chers, et les patients français ont pu en bénéficier de façon précoce. Tous les pays, pour les mêmes raisons, développent une politique pour promouvoir les génériques et ces médicaments sont souvent plus largement utilisés que chez nous. En Allemagne, au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas, par exemple, la part des génériques représente plus de 60 % des quantités de médicaments vendus, aux Etats-Unis c’est 89 % et au Canada 81 %. En France, nous en sommes à 24 % du marché en quantité et un peu plus de 10 % en valeur.
      [Source : ANSM]

      Certains médicaments de marque (médicament princeps) n’ont effectivement pas d’équivalent générique. Ceci n’indique pas qu’un médicament générique est moins efficace. Ceci s’explique en raison du brevet déposé par le laboratoire fabriquant qui ne permet pas à un autre laboratoire de concevoir un équivalent générique pendant la durée de protection conférée par ce brevet.

      Bonne journée.

  • L’article est mensonger et l’auteur le sait bien ! Chacun doit savoir que la seule obligation pour être générique est d’atteindre un pic sérologique du principe actif au bout de deux heures identique au produit de référence.
    Mais c’est faire fi des excipients notamment à effet notoire d’une part et faire fi de la cinétique chimique forcément modifiée du fait de la différence de formulation complète entre le médicament et son générique.
    La mention manuscrite « ne pas substituer » portée par les praticiens sur les ordonnances n’est pas faite pour satisfaire le patient mais pour garantir à celui-ci l’effet attendu avec le médicament dans des conditions normales de traitement.
    Enfin, les génériques ne sont pas toujours moins chers; il y a de nombreux contrexemples.
    La situation est grave car elle peut mettre en danger la vie d’autrui au motif que pour des raisons d’économies on ait exposé un patient à un risque inutile.
    Les arguments en faveur des génériques sont fallacieux et démontrent l’absence de connaissances en chimie et biochimie de la part de ceux qui produisent des rapports dont seule la vacuité donne de l’air.
    Observez la situation outre-Rhin et vous verrez que nos voisins en sont revenus des génériques et avec des statistiques qui font peur !

  • amoxicilline en générique => oedème monstrueux sur tout le corps avec la peau en feu et gonflée d’un 1/2 cm partout ( au prochain coup je risque beaucoup plus grave)
    Clamoxyl (non générique) => ça passe (après le premier problème)
    Depuis PLUS AUCUN GÉNÉRIQUES !!! C’est certainement le même principe actif comme on nous le rabâche mais pas du tout le même enrobage. Et les notices sur le contenu ne sont pas toujours complètes !!!

    • Bonjour,

      Certains excipients peuvent poser problème pour certains patients et pathologies. Il convient donc d’indiquer à votre médecin ou votre pharmacien d’éventuelles allergies afin que le médicament prescrit et/ou délivré n’altère pas la bonne conduite de votre traitement. Il est toujours possible d’exiger la délivrance du médicament de marque (médicament princeps).
      La présence des excipients doit être prise en compte lors de la substitution par le pharmacien :
      – pour la substitution d’une spécialité ne contenant pas d’excipient à effet notoire, il est recommandé de choisir une spécialité générique également dépourvue de tout excipient à effet notoire ;
      – pour la substitution d’une spécialité contenant un ou plusieurs excipients à effet notoire, il est recommandé de choisir une spécialité générique contenant le ou les même(s) excipient(s) à effet notoire que le princeps ou une spécialité générique partiellement ou totalement dépourvue de ces excipients à effet notoire.

      La présence de ces excipients à effets notoires est signalée aux professionnels dans le répertoire des groupes génériques pour toutes les spécialités (génériques et princeps) qui en contiennent.
      Pour les patients ces excipients à effets notoires sont signalés dans la notice du médicament et dans certains cas sur son emballage.
      Les notices des médicaments génériques répondent aux mêmes obligations que celles des médicaments princeps. Pour chaque spécialité pharmaceutique, la notice contient obligatoirement les rubriques suivantes : composition, indications thérapeutiques, enumération des informations nécessaires avant la prise du médicament, instruction nécessaires au bon usage, description des effets indésirables, conditions de conservation.

      Bonne journée.

  • Dans votre emailing, vous annoncez que les génériques sont exactement identiques et ne provoquent pas plus de réactions. C’est tout simplement faux, et grave de votre part d’écrire ce genre de chose. Il peut être fabriqué avec des excipients différents (ce qui donne le goût, la couleur et la consistance au médicament).
    Or, les excipients ne sont pas neutres, décrypte le professeur Charles-Joël Menkès, membre de l’Académie de médecine. Certains peuvent être allergisants, comme l’arachide. Par ailleurs, si un générique doit prouver sa bioéquivalence — le fait qu’une fois dans l’organisme il réagisse de la même manière en ce qui concerne son absorption, son élimination, etc. —, cela ne garantit pas une équivalence thérapeutique et une efficacité similaires entre les deux produits.

    • Bonjour,

      Les médicaments génériques disposent de la même composition quantitative et qualitative en principe actif que le médicament de référence. Il s’agit d’une obligation et de la définition même d’un médicament générique précisée à l’article L. 5121-1 du code de la santé publique.
      Aucune obligation juridique ou technique n’exige une identité de la composition en composants dépourvus d’activité (les excipients) entre la spécialité générique et la spécialité de référence. La composition en excipients peut donc être différente, à condition que celle-ci n’affecte pas la bioéquivalence. Néanmoins, le choix qualitatif et quantitatif des excipients entrant dans la formule générique doit toujours être justifié au regard de ceux de la spécialité de référence.
      Un médicament générique n’est donc pas toujours une copie conforme du médicament princeps, il peut donc en effet présenter un aspect différent, tant par la taille, la couleur, le goût ou la forme.

      Les excipients sont des substances sans aucune activité pharmacologique. Ils servent notamment à faire parvenir le principe actif dans l’organisme à l’endroit où il doit agir. Dans de rares cas, certains excipients peuvent être mal tolérés chez des patients sensibles (souvent allergiques ou présentant un syndrome d’intolérance particulier).
      Dans ce cas, l’excipient est considéré comme un excipient à effet notoire et sa présence nécessite des précautions d’emploi pour certaines catégories de patients en particulier. Néanmoins, la présence des excipients à effet notoire n’est pas spécifique aux médicaments génériques. Ils sont présents aussi bien dans les princeps que dans les génériques.
      La présence de ces excipients à effets notoires est signalée aux professionnels dans le répertoire des groupes génériques pour toutes les spécialités (génériques et princeps) qui en contiennent.
      Pour les patients ces excipients à effets notoires sont signalés dans la notice du médicament et dans certains cas sur son emballage.

      Pour en savoir plus : Le site de L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)

      Bonne journée.

  • Bonjour concernât certain pharmacie abuse des assurer à cause de générique il faut qu’il reste un choix et pas une obligation jusque que nous sente agresser cordialement

  • Je prends souvent mes médicaments génériques sa passe très bien je me soigne toujours avec ses médicaments .

  • Bonjour,
    Je viens de lire la première page. Il n’y a aucune analyse qui accompagne vos affirmations. Il ne suffit pas de nous affirmer une chose pour qu’elle soit la vérité. Il faut analyser et pas seulement affirmer. Quel génériques sont faits en France, dans un autre pays et quels pays. Quels sont les laboratoires qui fabriquent les génériques et où ?
    J’attends des réponses, pas des affirmations. Je ne suis pas un robot, mais une personne dotée d’intelligence.
    cordialement monique mihoubi

  • J’ai le meme problème que Mme Peytieu avec le générique Irbesartan,à savoir fatigue ou étourdissement, parfois baisse de tension.
    Donc si la molécule est la meme le problème est dans les excipients.

    • Bonjour,

      Le webzine Santé Pratique Paris n’est pas un webzine médical, mais un espace d’information et de dialogue autour de la santé, sur ses aspects pratiques, de bien-être et de renseignements.
      Nous vous engageons à poser votre question à votre médecin traitant ou à votre pharmacien.

      Bonne journée.

  • on nous interdit la contre façon mais l’Etat à tous les droit???

    • Bonjour,

      Un générique est un produit fabriqué en toute légalité, il contient les mêmes principes actifs que le produit original. Seuls les médicaments dont les brevets, augmentés éventuellement d’un certificat complémentaire de protection, sont arrivés à échéance peuvent être développés en génériques par les entreprises pharmaceutiques.
      En effet, chaque nouveau médicament est protégé par un brevet qui assure à son concepteur une exclusivité sur le marché pour une durée de vingt ans. Pendant cette période de monopole, il peut négocier le prix de vente du produit, ce qui lui permet d’amortir les sommes investies pour le mettre au point et le commercialiser. À l’expiration du brevet, d’autres fabricants sont autorisés à reproduire le médicament et à le commercialiser.
      Par ailleurs, l’autorisation de mise sur le marché des médicaments génériques repose sur la même méthode d’évaluation que celle appliquée à l’ensemble des médicaments par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

      Bonne journée.

  • La plapart de génériques sont livrés en cachet blancs. D’ou risque de confusion….

  • ma femme est diabétique et a chaque fois qu’elle prend des médicaments génériques elle a des problèmes son état diabétique s’aggrave

    • Bonjour,

      Si le médicament prescrit par votre médecin génère des effets indésirables, nous vous encourageons à le contacter rapidement afin de l’informer de cette situation.
      Il pourra ainsi décider de prescrire un médicament plus approprié.

      Bonne journée.

  • J’ai ma belle sœur qui est préparatrice en pharmacie et d’après vous pourquoi les pharmaciens ne donnent que les génériques, parce que les pharmaciens touchent une prime, plus il vendent de génériques de telles marques (teva, mylan etc) plus les laboratoires les récompense, Elle m’a confirmé que les excipients ne sont pas les mêmes, il y a plus d’effets secondaires avec les génériques, en plus ils ont fabriqués en inde, en chine et maintenant en Turquie, économie pour l’état au dépend de la santé du patient, alors que le déficit de la cpam ne vient pas des médicaments ni prescriptions mais cherchez ailleurs, ex spafon même pris que le générique et plus de gélule alors que le générique moins de gélules, alors arrêtons de nous prendre des cobayes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*