Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Petits événements pour une grande cause au salon Joséphine

Les 18 et 25 octobre, le salon Joséphine « salon de beauté social » a ouvert ses portes à Octobre rose. Des étapes spéciales dans le quartier de la Goutte d’Or pour sensibiliser les clientes de ce salon de beauté sociale au dépistage organisé du cancer du sein. Car se faire dépister, c’est aussi prendre soin de soi.

Créé par Lucia Iraci il y a un an et demi, le salon Joséphine  « salon de beauté social » aide les femmes précaires à prendre soin d’elles pour faciliter leur recherche d’emploi. Les 18 et 25 octobre, le salon participait à sa manière au mois de mobilisation autour du dépistage organisé du cancer du sein.

Premier rendez-vous rose pour les clientes du salon, le jeudi 18 octobre avec une séance de yoga suivie d’un goûter. Ambiance zen et conviviale, sans oublier le glamour pour une sensibilisation tout en douceur et une approche bien-être. Le second rendez-vous, le 25 octobre, était tout aussi détendu, autour d’un petit-déjeuner copieux, et tout aussi rose, mais l’angle était plus pédagogique, tordant le cou aux idées reçues sur la mammographie, incitant les femmes de 50 à 74 ans à se faire dépister et les autres femmes à relayer l’info auprès de leur entourage.

Comme Laetitia, 33 ans, qui explique que les jeunes de sa génération ne considèrent pas le cancer du sein comme mortel et qui a une vision déformée des risques : « La chirurgie, la pose de prothèses nous font croire que tout est simple. Aujourd’hui, je découvre qu’il est important pour les femmes de se faire dépister dès 50 ans car les soins sont plus faciles. Je vais en parler autour de moi et surtout aux femmes que j’aime. » Laetitia a été particulièrement touchée par le témoignage de Lusitania, 50 ans, qui a partagé son expérience lors ce petit-déjeuner spécial : « A 40 ans, on m’a découvert un cancer du sein. L’annonce du résultat a été terrible pour moi, mariée et mère de famille. Je me suis vue morte. Puis j’ai réagi. La chimio me fatiguait parfois. Mais je continuais à sortir, à prendre soin de moi pour mes enfants. Je ne voulais pas leur donner l’image d’une maman très malade. J’avais des gens que j’aimais autour de moi, cela m’a beaucoup aidée. Maintenant, je suis guérie mais je respecte les contrôles. J’encourage toutes les femmes de mon entourage à se faire dépister car pris à temps le cancer du sein peut être guéri. »

Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*