dépistage organisé cancer colorectal
Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

« Le dépistage organisé du cancer colorectal et du sein, je les fais et j’en parle autour de moi »

La Cpam de Paris a organisé un point d’information dédié au dépistage organisé du cancer colorectal à l’occasion de Mars bleu. Une occasion pour les assurés de l’agence Flandre, dans le 19e arrondissement, de se renseigner sur les modalités pratiques de dépistage. Quelques assurées témoignent.

Nicole, 70 ans
Beaucoup de gens disent que les dépistages ne servent à rien et je ne suis pas d’accord. Si on se fait dépister on peut être pris à temps. J’ai reçu mon invitation et le fait de passer devant le stand m’a rappelé que je devais faire mon test. Ce stand dans une agence de la Cpam, c’est un bon moyen d’obtenir des informations sur ce test. Heureusement que ça existe. Moi, je défends notre système de santé.

Françoise, plus de 50 ans
Cela fait quarante ans que je pratique les dépistages proposés par la Sécurité sociale. J’ai commencé avec les bilans de santé gratuits à faire tous les cinq ans. Alors, les dépistages de cancers du sein et colorectal, je les fais aussi régulièrement et j’en parle autour de moi. Il vaut mieux prévenir que guérir.

Khalifa, 52 ans
Les maladies me font peur. J’irai demander le test à mon médecin car faire le bilan peut rassurer. Mon cousin aussi a reçu l’invitation, mais il l’a rangée dans un coin. Peut-être que maintenant, ayant vu le stand, il changera d’avis.

Neela, 43 ans
Je n’ai pas l’âge, mais je veux parler de la prévention de cette maladie autour de moi, à mes amis, à ma famille. C’est important. Il y a des femmes qui ne parlent pas français et qui ont du mal à se renseigner sur ces choses là. Le stand attire l’attention, c’est pour cela que je suis venue demander des informations sur ce sujet, qui me fait peur.

Djamila, 51 ans
J’ai reçu le courrier mais je l’ai rangé car tout cela me fait peur. Aujourd’hui j’ai eu des informations sur le stand qui m’ont rassurée. Maintenant que je sais que je peux faire le test chez moi, je demanderai le kit à mon médecin. La présence de ce stand dans l’agence, c’est bien car tout le monde peut venir se renseigner, même les jeunes qui peuvent déjà se préparer ou en parler autour d’eux.

Khedidja, 65 ans
Je ne connais pas ce dépistage mais j’ai déjà passé des mammographies. J’ai de gros problèmes de santé qui m’obligent à faire beaucoup d’examens. Aujourd’hui, grâce au stand, j’ai compris que c’était important de faire ce dépistage. J’irai demander le test à mon médecin.

Je partage...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

2 commentaires pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*